Les hommes d’affaires corrompus d’hier sont ceux d’aujourd’hui !

Sur l’échelle des familles les plus proches du président déchu et les plus pilleuses de la Tunisie, on trouve les Trabelsi et les Ben Ali.

Aussi bien du côté de la famille de Leila Trabelsi ou de Zine El Abidine Ben Ali, le nombre des frères et sœurs de chaque, forme une équipe de foot, bien sûr, sans compter ceux qui sont sur le banc des remplaçants.

Un autre point commun aux deux familles, ils sont réputés pour leur ignorance.

Pourtant, ces familles, nombreuses comme elles sont, ont réussi à s’enrichir. Elles possèdent des propriétés, des hôtels, des concessionnaires de voitures, des banques…

ZABA qui brille aussi par sa faiblesse intellectuelle, pour bien ramasser un pactole évalué à cinq milliards de dollars, a dû espionner son entourage (pour rattraper son retard intellectuel !) et nager avec des requins du monde des affaires.

Habitués aux restes des affaires juteuses de ZABA, mais restés sur leur faim, ces requins avec un appétit grandissant ont dû se rabattre sur les familles proches. Ainsi, Trabelsi et Ben Ali sont devenus propriétaires de grands établissements alors qu’il n’y a pas si longtemps, ils pouvaient à peine gérer des parkings.

Personne ne nie que les familles de ZABA, étaient la source de la pourriture de notre quotidien, mais la dégradation qu’a connue notre pays n’a pu se faire sans la voracité d’hommes d’affaires corrompus.

Aujourd’hui, ces mêmes hommes d’affaires, par peur de perdre leur fortune, tentent désespérément de former un bouclier en plaçant des hommes clés de l’ancien régime au sein du nouveau gouvernement.

Ils sont en train de tirer les ficelles, ils veulent un nouveau Raïs, voire un nouveau ZABA. Espérant juste qu’il n’aura pas une famille nombreuse !

Commentaires: