Ben Ali et Moubarak, déchus, comateux ou morts, mais après ?


L’ex-président Ben Ali serait dans le coma depuis mardi, jour ou il a été admis à l’hôpital de Djedda suite à un accident vasculaire. « Son état est jugé très inquiétant » rapporte Nicolas Beau sur son blog le 16 février 2011.

Le président déchu aurait été admis dans un établissement réservé aux princes sous une fausse identité pour raison sécuritaire.

Le 17 février, un proche de Ben Ali vient confirmer les dires du journaliste français dans des déclarations faites à l’AFP, soutenant que Ben Ali était bien « dans le coma ».

Chez les Égyptiens, plusieurs rumeurs circulent quant à l’état du président déchu Moubarak qui, on le sait, est de santé fragile. Ce dernier refuse de prendre ses médicaments et de voir le médecin, extrêmement affecté par son éjection du pouvoir, évoque le journal Egyptien Al Masry Al Youm. Il serait même en grève de la faim ou carrément dans le coma d’après d’autres sources.

Le POUVOIR aurait donc créé un tel état de dépendance chez les deux dictateurs que sa perte les aurait tous les deux plongé dans le coma…?

Et si l’un des tyrans venait à décéder? Qu’en penserait le peuple?
En Tunisie, depuis la fuite de Ben Ali le 14 janvier 2011, les gens n’attendent qu’une seule chose: que justice soit faite.
Les familles des martyrs ont d’ailleurs clamé haut et fort leur  souhait de faire toute la lumière sur ce qui s’est passé pendant les affrontements qui ont eu lieu depuis le 17 décembre.
Ces personnes ont catégoriquement refusé les indemnités versées par l’Etat, insistant sur ce qui était vraiment important pour eux : la justice, l’application de la loi et la condamnation de ZABA et de Leila Trabelsi, commanditaires de tous les crimes perpétrés contre leurs enfants.

Et si les rumeurs concernant l’état de santé de ZABA étaient une supercherie visant à détourner l’attention des gens de son imminente condamnation selon certaines théories, parfaitement légitimes d’ailleurs, car force est de constater que les déclarations du gouvernement provisoires restent très timides quand il s’agit de l’éventuelle condamnation de ZABA et de son clan.

Commentaires:

Commentez...