Accueil massif de Rached Ghannouchi à l’aéroport Tunis-Carthage


Ils étaient des centaines aujourd’hui à l’aéroport à attendre leur mentor. Rached Ghannouchi, après 20 ans d’exil retourne en Tunisie.

Condamné, après le démantèlement du mouvement islamiste, à la prison à perpétuité en 1991 pour conspiration contre le pouvoir en place, il avait préféré quitter la Tunisie pour s’installer finalement en Grande Bretagne.

Longtemps considéré comme un radical proche des Frères musulmans égyptiens dont il s’est inspiré, Rached Ghannouchi fonde le parti islamiste tunisien Ennahda. Il dit aujourd’hui représenter un islam modéré proche de l’AKP turc.

A la question de savoir si il pense que les tunisiens savent qui il est, Ghannouchi répond à l’Express : « Ennahda a été la cible d’une répression systématique en Tunisie. Nous avons fait l’objet d’une campagne de dénigrement et le pouvoir a tout fait pour nous éradiquer. Mais maintenant, dans la nouvelle Tunisie, les jeunes vont pouvoir apprendre à nous connaître. »

A l’aéroport, la foule était composée d’une majorité de partisans mais aussi d’anti-islamistes. Ces derniers, venus en petit nombre, bousculés par une majorité écrasante d’islamistes, ont rapidement été mis à l’écart. Réunis entre autres grâce à des pages facebook comme « non à Rached Ghannouchi » qui compte 22000 fans, ils étaient venus manifester leur hostilité à Rached Ghannouchi.

Et pour cause, l’inquiétude face aux pro-Ghannouchi est encore plus forte après la manifestation du 29 Janvier à Tunis, ou des femmes ont été agressées verbalement et physiquement par un groupe d’islamistes. Les témoignages se bousculent sur la toile. Ils décrivent l’animosité que les extrémistes ont montrée vis à vis des femmes et leur refus de les voir progresser dans leur statut personnel et professionnel.

Comment donc aspirer à une démocratie lorsque toutes les opinions ne sont pas respectées ? Les pro-Ghannouchi sauront-ils accepter les libertés des autres ? Rached Ghannouchi doit canaliser les émotions de ses partisans et les encourager à la tolérance.

Commentaires: