Un crime de droit commun à l’origine de l’arrestation du coordinateur du sit-in d’El Kamour

Les manifestations ont repris, ce mardi 17 novembre 2020, à Tataouine après l’arrestation du coordinateur du sit-in d’El Kamour, Dhaou El-Ghoul. L’affaire semble être liée à la contrebande, selon une source judiciaire.

Le porte-parole du tribunal de première instance de Tataouine et procureur adjoint,  Kassem Mezgar, a expliqué que l’arrestation s’inscrit dans le cadre d’une enquête sur une affaire en cours.

« L’arrestation n’a rien à voir avec les événements d’El Kamour, elle concerne plutôt un crime de droit commun », a-t-il déclaré sur Jawhara fm.

L’affaire, explique-t-il, remonte au mois de septembre 2020, lorsque des agents d’une patrouille de la Garde douanière ont arrêté les conducteurs de deux voitures de contrebande chargées d’une grande quantité de cigarettes. Par la suite, un groupe de personnes, dont Dhaou El-Ghoul, a attaqué la patrouille, saisi la marchandise et libéré les chauffeurs.

Et d’assurer que les agents douaniers ont reconnu le coordinateur du sit-in d’El Kamour comme l’un des assaillants.

La coordination du sit-in El Kamour avait annoncé l’arrestation de son coordinateur Dhaou El-Ghoul sur sa page Facebook et appelé les autorités à sa libération immédiate mettant en garde contre toute intention de faire fi de l’accord signé il y a quelques jours.

Dans un message vidéo diffusé sur la page Facebook de la coordination El Kamour, Tarek Haddad a d’ailleurs laissé entendre que Dhaou El-Ghoul a été arrêté suite à une « fabrication d’accusation ».

Commentaires:

Commentez...