Le séjour d’Enrico Macias à Kerkennah suscite la polémique

A Kerkennah depuis quelques jours, le chanteur franco-algérien Enrico Macias se trouve au centre d’une polémique « antisioniste ».

Dans un communiqué commun publié, lundi 16 novembre 2020, des partis et des composantes de la société civile ont condamné l’accueil de l’artiste Enrico Macias, connu pour son soutien à l’entité sioniste, en Tunisie.

La déclaration a été signée par l’Organisation contre la torture en Tunisie, la campagne pour le boycott et la lutte contre la normalisation avec l’entité sioniste, la Campagne tunisienne pour le boycott académique et culturel d’Israël, l’Atelier médiatique pour les droits économiques et sociaux, l’Association « Khadhra » pour la défense des ressources naturelles en Tunisie, le Parti des travailleurs et le Parti national démocratique.

Les signataires ont souligné leur condamnation catégorique de laisser entrer cette personne « qui a consacré son art et sa vie à blanchir le visage haineux du colonialisme et du racisme en essayant, avec quelques complices mercenaires tunisiens, de tromper avec son faux discours sur la paix et la coexistence ».

Ils ont appelé la présidence de la République, et tous les ministères concernés, à intervenir pour mettre fin à ce « nouveau crime de normalisation », à ordonner l’expulsion de « l’artiste de l’armée d’occupation », à enquêter sur la manière dont il est entré en Tunisie, et à prendre les mesures nécessaires pour éviter la répétition de telles inconvenances.

Et d’ajouter que tous les Tunisiens libres, en particulier les citoyens de Kerkennah, doivent boycotter l’hôtel qui abrite l’artiste et protester par tous les moyens légitimes contre son accueil.

Commentaires:

Commentez...