Une juge meurt du Covid-19 : Enquête contre une clinique pour non-assistance légale

Après le décès d’une juge du Covid-19, le procureur général près de la Cour d’Appel de Nabeul, a ordonné, ce vendredi 13 novembre 2020, l’ouverture d’une information judiciaire pour non-assistance légale contre une clinique privée.

La clinique en question est suspectée d’avoir exigé un chèque de garantie de 30 mille dinars pour accueillir la juge Sonia Laaridhi, atteinte du coronavirus et qui est, par la suite, décédée.

La juge en question n’avait pu être admise dans les hôpitaux publics, faute de place disponible dans les services de réanimations de sa région, en l’occurrence Nabeul.

Elle avait été admise dans ladite clinique et hébergée pendant quelques jours avant qu’elle ne soit contrainte de la quitter en raison de son incapacité à continuer à supporter les frais d’hébergement.

Le juge administratif, Faycel Bouguerra a déclaré ce vendredi13 novembre, qu’en seulement deux semaines, la justice tunisienne a perdu 3 juges à cause du coronavirus.

A l’heure où la pandémie fait des ravages, certaines cliniques continuent encore de monnayer leurs lits de réanimation et d’exiger d’une malade en difficulté respiratoire aiguë un chèque de garantie.

D’un autre côté, Lamia Laaridhi, sœur de la défunte juge, a réfuté, hier, sur les ondes d’Express fm, les informations selon lesquelles la clinique aurait refusé d’admettre sa sœur à cause de la caution de 30 mille dinars, précisant que sa sœur s’était rendue à la clinique pour recevoir les premiers soins sachant qu’elle souffre d’une maladie chronique.

Ladite clinique lui avait demandé une caution de garantie, mais en même temps, elle avait été admise et soignée. Après deux jours et en raison de son incapacité à pouvoir payer la clinique pour un long séjour, Sonia Laaridhi aurait décidé de quitter la clinique et c’est là où elle a été transférée vers l’hôpital militaire de Tunis.

De son côté, le directeur de la clinique a également réfuté les faits concernant une demande de caution de garantie de 30 mille dinars, soulignant qu’il avait de bonnes relations avec la famille du défunt et que c’est elle qui a décidé de transférer la défunte juge vers l’hôpital militaire de Tunis après quatre jours d’hospitalisation.

A noter que la juge Sonia Laaridhi est la troisième magistrate décédée du Covid-19 en l’espace de quelques jours, après le décès la juge Abir Saber, le 30 octobre et celui de Noura Ben Jrad, le 6 novembre.

Commentaires:

Commentez...