Le PDL condamne « la création d’une institution fictive » par le président de l’ARP

Le bloc du Parti destourien libre, présidé par Abir Moussi, s’est insurgé et a condamné, ce vendredi 30 octobre 2020, « les dépassements criards commis par le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) en créant une institution fictive ne figurant pas dans le règlement intérieur, à savoir l’institution de la présidence du parlement ».

Selon l’agence TAP, le bloc du PDL (16 députés) a condamné, notamment, la publication délibérée d’informations sans les présenter aux blocs parlementaires et sans les soumettre aux débats au bureau du parlement.

Le groupe parlementaire du PDL fait référence à une déclaration publiée par la présidence du parlement, hier, jeudi 29 octobre, à une heure tardive, exprimant la solidarité avec un député qui aurait fait l’objet de menaces en la personne d’Abdellatif Aloui de la Coalition Al-Karama.

Il qualifie cette manœuvre « d’instrumentalisation de l’institution parlementaire pour servir les alliances politiques du président de l’ARP et blanchir celui qui a exercé de la violence au vu et au su de l’opinion publique, dans une tentative de le présenter comme une personnalité menacée » tout en rappelant que Rached Ghannouchi avait refusé de condamner la violence commise par le député en question à l’encontre d’Abir Moussi.

La déclaration du président du parlement n’engage en rien le bloc du PDL ni le parlement en général, souligne le bloc, incitant le président de l’ARP à la retirer de la page officielle du parlement sur les réseaux sociaux et des médias.

🔹 مجلس نواب الشعب 🔹
🟩 بيان

على إثر التهديدات الخطيرة التي يتعرّض لها النائب عبد اللطيف العلوي، مساعد الرئيس المكلف…

Publiée par ‎مجلس نوّاب الشّعب Assemblée des Représentants du Peuple‎ sur Jeudi 29 octobre 2020

Commentaires:

Commentez...