France : Un député appelle à l’extradition de 4000 fichés !

CP : Reuters

L’attaque terroriste perpétrée hier, jeudi 29 octobre 2020, par un jeune tunisien de 21 ans à Nice en France, rouvre le débat autour de la migration sur le Vieux Continent, et notamment en France.

En effet, ce sont les migrants illégaux qui sont actuellement dans le collimateur de certains responsables français. C’est dans ce contexte que le député Christian Estrosi a appelé à l’extradition de 4000 étrangers inscrits sur le fichier des radicalisés terroristes.

« Il y a aujourd’hui 4000 étrangers dans le fichier des radicalisés terroristes », a-t-il poursuivi. « Ils n’ont plus rien à faire en France. Nous savons qu’il y a 2540 détenus qui sont sortis ou vont sortir de prison. Ils nous menacent. Nous savons que 20.000 personnes constituent une menace dans notre pays, ne les laissons pas prospérer. »

« Cette guerre, soit les islamistes la gagnent, et dans quelques années la France n’est plus la France, ce sera une république islamiste, soit nous la gagnons », a-t-il achevé, cité par BFM TV.

L’auteur de l’attaque terroriste perpétrée hier, jeudi 29 octobre 2020 à Nice en France, a été identifié comme étant un migrant clandestin tunisien qui vient de rejoindre le continent européen par la porte de Lampedusa en Italie.

Inconnu des services sécuritaires, le suspect, âgé de 21 ans, n’est pas classé comme terroriste en Tunisie, il avait rejoint les côtes italiennes le 9 octobre courant, à bord d’une embarcation d’immigration illégale.

Le ministère public près le pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme a affirmé, hier, avoir ouvert une information judiciaire contre toute personne qui serait impliquée dans un meurtre ou dans des crimes terroristes, et ce à la suite de l’attaque au couteau qui a eu lieu, ce jeudi, à Nice, dont l’assaillant serait un Tunisien.

« Cette action en justice intervient en application de l’article 83 de la loi organique relative à la lutte antiterroriste et au blanchiment d’argent » , a indiqué à la Tap, Mohsen Dali, substitut de procureur de la République et porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis.

Commentaires:

Commentez...