Accord avec le gouvernement : La coordination d’El Kamour laisse planer le doute !

Le gouvernorat de Tataouine a annoncé dans la soirée du lundi 26 octobre un accord trouvé entre le gouvernement et la coordination du sit-in d’El-Kamour.

On a pensé donc à une fin de cette crise sociale qui dure depuis trois ans. Mais la coordination du sit-in d’El Kamour a laissé plané le doute.

 » La coordination du sit-in d’El Kamour est en train de consulter les différentes parties pour évaluer l’accord approuvé lors des négociations entre la délégation gouvernementale et les représentants de la région de Tataouine « , a affirmé le coordinateur général du sit-in, Dhaou El-Ghoul.

Dans une déclaration à l’agence TAP, il a évoqué certaines lacunes non mentionnées dans l’accord, ajoutant que  » la coordination tiendra, demain mardi, une réunion élargie avec ses partenaires à l’issue de laquelle (réunion) la décision finale concernant cet accord sera annoncée « .

Cette réaction intervient suite à un communiqué publié, lundi, par le gouvernorat de Tataouine, après avoir reçu une correspondance adressée par la présidence du gouvernement, à propos des négociations engagées durant une semaine pour la concrétisation de l’accord d’El Kamour, signé le 16 juin 2017.

Composé de cinq pages, le communiqué a annoncé le recrutement de 1000 personnes dans la société d’Environnement, de Plantation et de Jardinage, dans un délai d’une semaine à compter de la date de reprise de la production.

Il s’agit, également, du paiement des salaires dus des agents et cadres de la société, dans un délai d’un mois, à compter de la reprise de la production.
Selon la même source, les contrats avec les compagnies pétrolières devront être prolongés et signés, tout en accordant la priorité aux nouveaux contrats, pour une période de cinq ans, renouvelable.

Il s’agit, d’autre part, d’allouer un montant de 80 millions de dinars au fonds de développement et d’investissement. Cette somme sera décaissée dans le cadre du programme de la responsabilité sociétale et dont l’exécution est conditionnée par la continuité de la production.

S’agissant du quatrième point du communiqué, il évoque l’emploi dans les compagnies pétrolières et celles opérant au Sahara, un point qui n’a pas abouti à un accord.

Commentaires:

Commentez...