Tunisie : Mechichi exhorte à sanctionner le non-port du masque obligatoire

Une amende sera désormais infligée à toute personne qui ne respecte pas l’obligation du port du masque dans les lieux ouverts au public, englobant espaces fermés et établissements publics.

C’est ce qu’a réitéré ce samedi 10 octobre 2020, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, lors d’une réunion à distance avec les gouverneurs, soulignant la nécessité d’imposer des sanctions financières contre quiconque ne respecte pas le port obligatoire du masque, à partir de la semaine prochaine, a-t-il indiqué sur les ondes de Jawhara fm.

Il a appelé les gouverneurs à assumer leur responsabilité dans la prise des mesures nécessaires, affirmant qu’ils ont toute latitude et les pouvoirs les habilitant à intervenir en urgence pour limiter la propagation du virus. L’amende est de 60 dinars, comme annoncé il y a quelques jours.

Hier, lors de la réunion périodique, consacrée à l’évaluation de la situation épidémique dans le pays, Hichem Mechichi a insisté sur la nécessité de la mise en œuvre des mesures relatives à la lutte contre le coronavirus et a appelé à la conjugaison des efforts pour pallier les problèmes qui entravent, jusque-là, l’application du plan national de lutte contre l’épidémie.

« La situation épidémiologique nécessite une fermeté », a-t-il lancé, appelant au strict respect des protocoles sanitaires dans tous les domaines, rapporte un communiqué de la présidence du gouvernement, publié ce vendredi 9 octobre.

Hichem Mechichi a, en effet, insisté sur la mise en œuvre des décisions, annoncées le 3 octobre comme l’interdiction de tout rassemblement, de toutes les manifestations culturelles, commerciales, publiques ou privées pendant deux semaines et l’obligation de porter le masque.

Pourtant, toutes ces annonces ne sont pas récentes ! Le chef du gouvernement, avait déjà ordonné, depuis le 21 septembre dernier, d’intensifier les campagnes sécuritaires visant à imposer le port du masque de protection dans les espaces publics, les moyens de transport en commun, les établissements scolaires et universitaires et tous les espaces de services qui accueillent des citoyens.

Une décision prise après la détérioration de la situation épidémiologique et une hausse dangereuse du nombre de nouveaux cas de contamination au coronavirus et de décès.

Cette intensification des campagnes sécuritaires avait pour objet de faire respecter les règles de prévention à l’instar du port du masque et de réduire un tant soit peut le relâchement constaté chez beaucoup de Tunisiens.

Hichem mechichi dispose pourtant d’un outil efficace, la publication, dans le journal officiel de la république tunisienne (JORT), d’une décision ministérielle imposant le port obligatoire de masques de protection et reposant sur le décret n°9 et l’article 312 du code pénal.

Depuis, la situation épidémiologique a empiré !

Commentaires:

Commentez...