Tunisie : Les gardiens de parking illégaux, un fléau qui prend de l’ampleur

Le phénomène des gardiens de parking illégaux a quasiment toujours existé en Tunisie, mais ces dernières années, il a pris une ampleur sans précédent.

Ce sont souvent des hommes, parfois armés de bâtons, qui viennent vous demander de l’argent sous prétexte qu’ils ont surveillé votre voiture. Dans certains cas, ils en arrivent même à vous menacer si vous refusez de payer.

Ces gardiens, on en trouve partout, dans les quartiers chics, dans les zones industrielles, au centre ville, près des lycées, des centres commerciaux, des marchés, des stades, etc…

Et malgré les nombreux et multiples appels lancés pour éradiquer ce fléau, les gardiens de parking illégaux continuent de pulluler au grand dam des citoyens qui restent désarmés face à ces personnes.

L’arme de l’intimidation

Afin d’éradiquer ce fléau, le ministère de l’Intérieur mène parfois des campagnes sécuritaires au cours desquelles des gardiens de parking illégaux sont arrêtés lorsqu’il ne s’agit pas de plaintes émanant directement de citoyens.

Le 25 septembre dernier, les forces de sécurité ont mené une campagne sécuritaire au centre-ville, dans la zone de Bab Bhar et ont interpellé sept gardiens qui ont tous été traduits devant le juge avant d’être envoyés en prison.

Passibles de la prison, ces gardiens ne reculent pourtant devant rien pour continuer à exercer, prenant souvent possession d’une rue ou d’un quartier, agissant parfois en groupe, et utilisant l’intimidation face aux automobilistes.

Et gare à l’automobiliste qui rechigne à payer ou qui montre une certaine résistance. Il y va de la sécurité de son véhicule. Les faits sont nombreux à ce sujet. Récemment, un citoyen a été pris à parti par un gardien illégal parce que ce dernier voulait être payé après lui avoir lavé sa voiture. Le concerné n’a pas voulu payer et le gardien en question s’en est pris au véhicule.

Ce genre de pratique est très fréquent et nombreux sont ceux qui se plaignent de ces gardiens illégaux qui peuvent se montrer parfois très encombrants et très intimidants.

Lors des campagnes sécuritaires, des gardiens de parking illégaux sont souvent interpellés et donnent lieu parfois à des vagues d’arrestations.

En avril 2016, 72 gardiens de parking avaient été arrêtés, dont plusieurs avaient été traduits devant la justice. En octobre de la même année, 165 gardiens de parkings anarchiques avaient été également arrêtés par les unités sécuritaires mais seuls 10 d’entre eux avaient été traduits en justice.

Jusqu’à 5 ans de prison !

Ces campagnes sécuritaires visant les gardiens de parkings anarchiques sont menées périodiquement. Elles entrent dans le cadre de la lutte contre la criminalité, et les sanctions prévues ne semblent pas intimider les gardiens de parking illégaux.

En effet, tout gardien de parking illégal reconnu coupable risque une amende maximale de 5000 dinars et une peine de prison comprise entre 3 mois et 5 années et ce pour usage illégal d’une propriété de l’État.

La loi est-elle appliquée avec fermeté contre ces gardiens illégaux ?

Commentaires:

Commentez...