« A ce rythme, le scénario italien risque de se reproduire en Tunisie d’ici deux semaines », alerte un médecin

Docteur Naouel Chaouch, cheffe du service de pneumologie de l’hôpital Abderhamen Mami de l’Ariana, a lancé un cri d’alerte quant à la situation sanitaire inquiétante.

« La situation est très critique », a-t-elle déclaré hier, mercredi 30 septembre 2020 sur Elhiwar Ettounsi. « La situation va s’aggraver au cours de la période à venir avec encore plus de contaminations.

Après deux semaines, nous serons contraints de choisir qui vivra et qui mourra en raison du manque de ressources et du manque de respect des mesures préventives.  »

Elle a indiqué que le nombre de cas augmente constamment à un moment où notre pays a de faibles capacités dans le secteur de la santé.

Et de poursuivre que seuls 100 lits de réanimation sont vacants en Tunisie, tandis que 5% des patients coronavirus nécessitent une réanimation. « Si on atteint les 2000 cas méritant une réanimation, la situation sera catastrophique », a-t-elle ajouté.

Malgré les efforts du ministère de la Santé à assurer 400 lits de réanimation supplémentaires, ceci reste insuffisant au vu du nombre croissant de contaminations, en plus du manque alarmant au niveau des cadres et agents médicaux et paramédicaux.

Les mesures préventives, telles que le port d’un masque, la distanciation physique et le lavage des mains avec du savon et de l’eau restent le seul moyen d’éviter la contamination par le virus, d’autant plus que l’État n’imposera pas de quarantaine complète, met en garde le médecin.

Le dernier bilan du ministère de la Santé fait état de 1008 nouvelles contaminations en 24 heures et 18.413 cas enregistrés depuis le début de la pandémie en mars dernier.

Ce bilan fait également état de 19 nouveaux décès soit 265 décès au total depuis le début de l’épidémie.

Commentaires: