Pourquoi Fakhfakh déteste-t-il autant Hamadi Agrebi ?

La plaque de la discorde

Qu’a bien pu commettre Hamadi Agrebi pour qu’Elyes Fakhfakh le traite comme le dernier des mégalos ? Car en appelant à baptiser le stade Olympique de Radès, « stade Hamadi Agrebi », l’ancien Premier ministre a, pour ainsi dire, ouvert sa braguette et pissé sur la mémoire du défunt, des Sfaxiens, des Radésiens et de tous ceux qui ont été affectés par la disparition du « magicien », c’est-à-dire, tous les Tunisiens.

Nul besoin de préciser que feu Hamadi Agrebi, de son vrai nom Mohamed Ben Rhaiem, n’est ni originaire de Radès ni n’a foulé sa pelouse lorsqu’il était joueur ! Par conséquent, n’aurait-il pas été plus juste de renommer le stade Taïeb Mehiri de Sfax « stade Hamadi Agrebi », surtout que feu Taïeb Mehiri est un homme politique d’origine djerbienne et, qui plus est, né à Bab Souika. Qui a eu cette idée saugrenue d’en faire un symbole de Sfax ? Aberration.

Mais la question n’est pas là ! La vérité est qu’Elyes Fakhfakh n’avait pas l’intention de rendre hommage à qui que ce soit. Il a juste souillé l’image d’un homme, histoire de laisser son empreinte fécale à la Kasbah. Au bout du compte, on a des Radésiens fous furieux et, en même temps, tristes de perturber l’âme du regretté. Ce dernier n’aurait, d’ailleurs, jamais accepté, compte tenu de sa discrétion et de sa modestie, que son nom soit attribué à une quelconque impasse.

Pourquoi Fakhfakh déteste-t-il autant Agrebi ? Parce qu’il hait tout ce qui se rapporte à Sfax et aux Sfaxiens, considérés à tort comme des bougnoules indignes des « Baldiya » de la capitale. Sauf que Fakhfakh n’a rien d’une nouvelle version de Youssef Chahed…

Mohamed Habib LADJIMI
Tunis-Hebdo du 28/09/2020

Commentaires:

Commentez...