Stade Hamadi Agrebi de Rades : La municipalité dépose une plainte auprès du TA

Les tensions autour du stade olympique de Rades, rebaptisé stade Hamadi Agrebi sur décision de la Cité nationale sportive, n’ont pas baissé.

Après le refus du président de la municipalité de Radès, Jawhar Smari de baptiser le stade au nom de Hamadi Agrebi, disparu le 21 août dernier, le stade avait quand même été rebaptisé le 1er septembre par la cité nationale sportive et ce, conformément à la décision du chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, Elyes Fakhfakh.

Ce lundi 21 septembre, la municipalité de Radès a annoncé avoir déposé une plainte urgente auprès du tribunal administratif pour annuler la décision d’Elyes Fakhfakh en espérant que « ce dossier sera traité avec le sérieux nécessaire que confère la question », peut-on lire dans un communiqué.

La municipalité de Radès reste opposée à la question de renommer le stade olympique de Rades condamnant la manière dont la décision avait été prise, la considérant comme un mépris envers la communauté locale et une confiscation de son droit de participer à la prise de telles décisions.

Selon elle, la décision est contraire au décret gouvernemental n°613 du 12 juillet 2019 relatif la réglementation des modalités d’attribution des noms de personnes physiques à des entités géographiques et ce décret stipule en outre, qu’il est interdit d’attribuer les noms des personnes décédées avant l’expiration d’un délai d’au moins trois ans à compter de la date du décès.

Rappelons que, d’un autre côté, la colère est également montée à Sfax où les supporters du CS Sfaxien où a évolué feu Hamadi Agrebi, ont exprimé leur grosse déception en appelant à leur tour à rebaptiser le stade Taieb Mhiri à Sfax au nom de Hamadi Agrebi.

A l’opposé, plusieurs habitants de la ville de Rades ont protesté, le 1er septembre, contre l’installation du panneau affichant le nouveau nom du stade olympique de Radès, ce qui a obligé la municipalité à couvrir le panneau du drapeau national en attendant la décision du Tribunal Administratif.

Commentaires:

Commentez...