RTCI : Adieu Lady Latifa

Je ne retiendrai pas mon émotion en vous faisant part avec une immense tristesse, de la disparition de Latifa Zouhir.
Une grande dame d’une élégance et d’une classe devant lesquelles on ne pouvait que s’incliner spontanément. Une longue et belle carrière aussi à la Radio Télévision Tunisienne, la RTT de l’époque héroïque dont elle compta parmi les pionniers.
J’ai véritablement rencontré Latifa Zouhir au milieu des années 1980 lorsqu’elle avait été nommée à la tête de RTCI. Depuis, malgré les aléas et le temps qui passe, nous avons gardé le contact. Nos penchants communs pour la littérature, les arts et les voyages lointains y sont pour beaucoup.
Retour du pendule, j’ai reçu Latifa Zouhir à plusieurs reprises au micro de RTCI. Les deux dernières fois, c’était pour rendre hommage à Michel Servais et ensuite pour présenter le premier roman de Lady Latifa. Intitulé « Clair-obscur », ce livre était paru à Paris.
Persévérante, Latifa Zouhir a publié cet été un second roman dont le titre « Il était une fois le bonheur » résonne comme le manifeste d’une auteure tournée vers la vie. Dans ce livre, elle raconte le vécu d’un couple, Aymen et Rania, dont les enthousiasmes et les défaites ressemblent à tant de Tunisiens. Notre dernière conversation était à propos de ce livre. C’était le 29 juillet dernier, à la veille de l’Aid. Elle devait passer les fêtes à Hammamet puis nous devions reprendre contact en septembre pour organiser une rencontre autour de ce livre.
Aujourd’hui que nous l’enterrons, ma tristesse est décuplée car je n’aurai pas eu le temps de lui rendre compte de ma lecture. La fidélité à la mémoire de Latifa Zouhir commande toutefois que cette rencontre autour de ses livres ait lieu un jour prochain, qu’elle s’inscrive dans le sillage des hommages qui lui seront rendus. Latifa Zouhir fut une battante, une main de fer dans un gant de velours et une femme de caractère qui a beaucoup donné au service public de la Radio Télévision Tunisienne.
Hommage à sa mémoire vive et condoléances attristées à sa famille.

Commentaires: