Faouzia Charfi : La scientifique qui aime les enfants

Belle rencontre hier avec Faouzia Charfi en ouverture de l’université d’été de la station d’art B7L9 à Bhar Lazreg.

Au-delà du thème de son intervention qui a porté sur les sciences, l’éthique des scientifiques et la modernité, Faouzia Charfi a développé plusieurs approches.

Elle a ainsi décrit les relations invisibles entre les progrès technologiques qui ont changé nos vies quotidiennes et le travail inlassable des chercheurs. De Lucréce à Galilée, Faouzia Charfi s’est placée dans la durée pour décrire les sauts de puce et les intuitions des scientifiques, ces tâtonnements qui se transforment en grandes avancées.

Une trentaine de présents parmi lesquels douze enseignants universitaires dans plusieurs disciplines ont donné au débat une richesse palpable. Des artistes comme Seif Bennia ou Sélim Ben Cheikh ont également apporté des éclairages insoupçonnés sur ce qui peut lier la pratique artistique et la recherche scientifique.

Une belle conférence inaugurale de cette université d’été qui se poursuit jusqu’au samedi 29 août à la station d’art B7L9 à Bhar Lazreg. Parmi les intervenants qui s’exprimeront, citons Ezzeddine Ferjani et Mounir Majdoub aujourd’hui et Radhi Meddeb en clôture de l’événement, ce samedi.

Hier, Faouzia Charfi s’est aussi retrouvée devant ses propres étudiants qui, reconnaissants, sont revenus sur plusieurs des initiatives de cette enseignante qui croit en la culture et en la proximité.

En ouvrant les travaux de l’université d’été, Faouzia Charfi a laissé entrevoir l’un de ses chantiers actuels. Donnant des conférences pour les enfants de dix ans, elle a recueilli dans un ouvrage l’une de ces interventions.

Cela a donné un livre pour enfants intitulé « La science en pays d’Islam » qui vient de paraître aux éditions Bayard.

Un livre sur lequel nous reviendrons et dont la parution souligne bien l’éthique ouverte et l’esprit didactique qui prévaut chez Faouzia Charfi en laquelle nous saluons une scientifique rigoureuse et une grande dame de l’université tunisienne.

Commentaires:

Commentez...