Tunisie – Coronavirus : La deuxième vague a-t-elle commencé ?

CP : AA

Deux morts et plus de 80 cas locaux en moins de 48h en Tunisie. Seulement à Gabes 60 contaminations locales ont été enregistrées ces deux derniers jours, la situation épidémiologique ne cesse de se dégrader dans notre pays.

S’agit-il des débuts d’une deuxième vague ? Les avis divergent même au sein de la commission scientifique de lutte contre le coronavirus. Alors que sa membre Jalila Ben Khlil affirmait, il y a quelques jours que nous sommes encore loin de ce scénario, la directrice de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), Nissaf Ben Alaya, a annoncé, hier mercredi 12 août , le début de cette vague, quelle préfère appeler « deuxième poussée » du Covid-19.

Selon ses dires, ce sont les gouvernorats Kairouan, Sousse, Gabès et Médenine qui sont les plus touchés par le rebond inquiétant de la contamination. Pour elle, la situation épidémiologique en Tunisie était délicate réitérant la nécessité de respecter les mesures préventives à l’instar de la distanciation sociale, la stérilisation des mains et le port des masques de protection respiratoire.

Si la situation dans le Grand-Tunis reste jusque-là stable, ce jeudi 13 août, six nouvelles contaminations locales au coronavirus ont été enregistrés, ce qui impose plus de vigilance pour éviter un déclenchement de chaine de contamination dans le Grand-Tunis.

Le ministère de la Santé a publié, mercredi 12 août 2020, une nouvelle mise à jour de la classification des pays en fonction du niveau de risque d’infection au coronavirus.

Cette classification repose sur des critères scientifiques et les indicateurs épidémiologiques basées sur les différentes sources de données utilisée par les différentes instances internationales.

« 900 lits de réanimation et plus de 1400 lits équipés d’oxygène sont actuellement mis à la disposition des malades atteints de la COVID-19 dans les différents hôpitaux publics de la Tunisie », a annoncé mercredi 12 août, Mohamed Mokdad, directeur général des structures sanitaires au ministère de la Santé.

Commentaires: