Visé par une plainte et soumis à un interrogatoire policier à cause d’un graffiti de Saddam

Artiste et activiste au sein de la société civile, le jeune Mohamed Gharbi a relayé sur les réseaux sociaux une histoire assez étonnante portant sur un graffiti de l’ancien président irakien Saddam Hussein, qu’il a dessiné.

En effet, sur son compte Facebook, le jeune affirme avoir subi un interrogatoire policier à son domicile après avoir dessiné sur le mur de sa maison un graffiti de Saddem Hussein.

Il affirme même avoir été convoqué au poste de la Police à cause d’une plainte déposée à son encontre par un inconnu.

Dans un post Facebook, le jeune a exprimé ses craintes quant à la répression de la liberté d’expression en Tunisie, d’autant que, selon ses dires, « Saddam Hussein restera un leader arabe historique ».

Interrogé au poste de la Police, le jeune a été informé qu’il s’agit d’une simple procédure sécuritaire routinière et que la liberté d’expression est garantie par la loi.

Commentaires:

Commentez...