Tunisie – ARP : L’étau se resserre autour de Rached Ghannouchi

Le verdict sera annoncé ce jeudi 30 juillet 2020. Plusieurs blocs parlementaires œuvrent actuellement d’arrache-pied pour garantir la chute de Rached Ghannouchi, président de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), lors du vote de la motion de censure qui le vise.

Au vu des dernières informations, l’étau ne cesse de se resserrer autour de Rached Ghannouchi qui pourrait, en effet, voir son mandant à la tête de l’ARP prendre fin prématurément et ce au cœur d’un jeu politique et partisan dont Ennahdha et son principal allié Al-Karama seraient les principaux perdants.

En tout cas, plusieurs députés et chefs de partis politiques affirment que les 109 voix nécessaires pour destituer Rached Ghannouchi sont garantis. « Les 109 voix nécessaires à la destitution de Rached Ghannouchi sont assurées », a déclaré, dans ce sens, Walid Jalled, ce mardi 28 juillet 2020.

Pour sa part, le député du bloc démocratique Baderddine Gamoudi, s’est montré confiant concernant le retrait de confiance à Rached Ghannouchi affirmant que le parlement se dirige bel et bien vers ce scénario.

Hassouna Nasfi, président du bloc de la réforme, était le premier à montrer son optimisme quant à la destitution de Rached Ghannouchi qui affirmait que « tous les indicateurs sont positifs concernant ce retrait de confiance ». 

Echanges d’accusations

Ces efforts pour destituer Ghannouchi sont entrepris dans un contexte d’échanges d’accusations entre Ennahdha et différents autres partis au parlement.

Le secrétaire-général du Mouvement du Peuple Zouhaier Maghzaoui a accusé dans ce sillage, Ennahdha d’avoir distribué de l’argent aux députés pour éviter la chute de son leader historique.

Quelques heures plus tard, c’est au tour du président du bloc parlementaire du mouvement islamiste Noureddine Bhiri d’accuser les parties liées aux Emiratis d’avoir proposé de l’argent aux députés pour destituer Ghannouchi.

En tout cas, c’est encore une fois le parti Qalb Tounès qui déciderait du sort de Rached Ghannouchi, après avoir contribué à son ascension à la présidence du parlement.

Même si ses dirigeants avaient à plusieurs reprises affirmé leur attachement à la stabilité à la tête de l’ARP, un revirement de position de dernière minute pourrait être synonyme de la destitution de Ghannouchi.

La séance de retrait de confiance du président du Parlement se tiendra à huis-clos. Prévue pour jeudi 30 juillet 2020, la séance aura lieu de 9h à 11h et sera sans allocution ni discussion.

Commentaires:

Commentez...