La production de phosphate reprend à Métlaoui

La production de phosphate a repris dans tous les sites du secteur de Métlaoui relevant de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) suite à une réunion tenue ce lundi 20 juillet 2020 entre des représentants des manifestants et des responsables régionaux.

A la lumière de cette réunion il a été décidé de lever tous les sit-in en attendant la formation d’un nouveau gouvernement et de permettre à l’activité des sites de production de reprendre, et ce, dès aujourd’hui.

Pour rappel, le ministère de l’Énergie, des Mines et de la transition énergétique avait révélé, la semaine dernière, que la production de phosphate, bloquée pendant le mois de juillet n’a pas dépassé le niveau de 36 mille tonnes en 2 semaines.

Du fait de cette situation, le niveau des stocks des usines du Groupe Chimique Tunisien est tombé à son plus bas niveau, obligeant le complexe à arrêter complètement ses unités industrielles.

Cette situation critique conduit à l’incapacité du groupe à fournir les engrais nécessaires au marché local afin de préparer la prochaine saison agricole en plus de son incapacité à honorer ses engagements envers ses clients.

Face à la détérioration du secteur, le ministère rappelle que la perturbation de la production entraînera des dommages directs à la compagnie des phosphates de Gafsa et au complexe chimique, ainsi qu’aux emplois qu’ils fournissent.

Le ministère a également affirmé que les revendications sociales pertinentes dans la région ne doivent pas masquer la situation d’urgence de la société et la nécessité de faire de son sauvetage une priorité absolue.

Le 10 juillet dernier, le ministre d’État auprès du chef du gouvernement en charge de la Fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption, Mohamed Abbou avait révélé que le Groupe chimique tunisien (GCT) se trouve désormais dans l’obligation d’importer du phosphate pour pouvoir honorer les commandes de ses clients.

En crise depuis 2011, le secteur du phosphate subit, depuis dix ans , des sit-in à répétition et la production, dans le bassin minier est freinée depuis une décade. Cette année, la production globale du phosphate a baissé de 17% depuis le début de l’année et jusqu’au 5 mai par rapport à la même période de l’année écoulée. C’est l’extraction des phosphates qui a été considérablement affectée par ces crises à répétition.

Le dossier du bassin minier et de la production des phosphates a été rouvert récemment par le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh qui a décidé de nommer une équipe de travail spécialisée pour mettre en place une vision stratégique pour un traitement global et durable des préoccupations profondes du bassin minier prenant en considération les aspects économiques, sociaux, environnementaux de la région.

Commentaires: