HRW : « Le bilan de la Tunisie en matière de poursuite des homosexuels est profondément inquiétant »

L’ONG Human Rights Watch a dénoncé la condamnation de deux hommes accusés de sodomie à deux ans de prison.

« La police a arrêté les deux hommes, tous deux âgés de 26 ans, soupçonnés de conduite homosexuelle le 3 juin au Kef. Le procureur du tribunal de première instance du Kef a inculpé les hommes de sodomie en vertu de l’article 230 du code pénal », explique l’organisation, estimant qu’il s’agit d’une décision qui viole leurs droits à la vie privée et à la non-discrimination.

« Le bilan de la Tunisie en matière de poursuite active de personnes pour comportement homosexuel consensuel est profondément inquiétant et constitue une invasion flagrante de leur vie privée », a déclaré Rasha Younes, chercheuse sur les droits de la communauté LGBT à Human Rights Watch.

« Alors que les États et les organismes internationaux ont félicité la Tunisie pour ses progrès en matière de droits de l’homme, la criminalisation et la poursuite des comportements homosexuels indiquent le contraire ».

Selon l’ONG, les autorités tunisiennes devraient immédiatement libérer les deux hommes alors que le parlement devrait abroger l’article 230 du code pénal.

« La Tunisie a la possibilité de défendre les libertés individuelles et le droit de chacun à la non-discrimination et à l’intégrité corporelle en ouvrant la voie à la dépénalisation des comportements homosexuels », a déclaré Younes. « Les autorités devraient commencer par libérer immédiatement ces deux jeunes hommes et mettre fin aux arrestations fondées sur l’orientation sexuelle en vertu des lois sur la sodomie archaïque.»

Commentaires: