Crise du coronavirus : Les Tunisiens renonceront-ils à l’achat des bêtes de sacrifice ?

Cherté de la vie, crise du coronavirus, multiplication des dépenses, pour les Tunisiens, il est difficile cette année d’acheter le mouton de l’Aid. C’est en tout cas ce que confirme ce dimanche 21 juin, le président de l’Organisation de défense du consommateur (ODC) Slim Saadallah qui estime, en effet, que les Tunisiens n’achèteront pas les bêtes de sacrifice, vu la baisse de leur pouvoir d’achat.

Dans une déclaration à l’agence TAP, il a expliqué que « la pandémie du covid-19 a fortement impacté le pouvoir d’achat de la plupart des familles tunisiennes » et qu’il est difficile cette année d’acquérir les moutons de l’Aïd qui sera célébré le 31 juillet 2020.

Saadallah a fait remarquer que « les familles tunisiennes se plaignent de la cherté de la vie, s’agissant notamment de la hausse des prix des factures de l’électricité et de l’eau ainsi que d’autres dépenses quotidiennes », soulignant que les prix ont beaucoup augmenté au cours des derniers mois, surtout après le déconfinement sanitaire.

Et l’orateur de poursuivre que le prix de vente de la viande d’agneau a sensiblement augmenté pour s’élever à 29 dinars le kg dans plusieurs régions du pays, ce, qui selon lui, a empêché les Tunisiens de s’approvisionner en viande d’agneau.

Commentaires:

Commentez...