Coronavirus : L’immunité collective demeure « très faible » en Tunisie

CP : AA

Après avoir annoncé sa victoire contre le coronavirus, la Tunisie encoure toujours les risques d’un rebond de la contamination sur son sol notamment sous l’effet des cas importés.

Revenant sur l’actuelle situation épidémiologique, le directeur de l’Institut Pasteur de Tunis Hechmi Louzir a estimé qu’en Tunisie, l’immunité collective demeure très faible.

Rappelant que la Tunisie avait réalisé trois grandes campagnes de dépistage dans le Grand-Tunis, à Kébili et dans les rangs des étudiants, leurs résultats ont prouvé en effet, que les individus qui portent des anticorps du virus sont rares.

« Seulement 0,5% des étudiants dépistés portent des anticorps du coronavirus » a-t-il révélé sur les ondes de la radio nationale, ajoutant que ce taux doit atteindre 50% pour parler d’une véritable immunité collective.

A l’issue de l’élaboration d’une campagne de dépistage contre le coronavirus à l’aide des tests rapides dans des gouvernorats auparavant considérés comme des foyers de contamination, des anticorps contre ce virus ont été détectés chez des personnes asymptomatique. Sur un échantillon de 1170 cas suspects dans le Grand-Tunis et 470 autres cas dans le gouvernorat de Kébili, ces tests ont prouvé que 10% des patients à Tunis, 4,7% à Kébili et 2% à La Manouba sont porteurs de ces anticorps.

Sur son site officiel, l’Institut Pasteur de Tunis avait annoncé le lancement d’un test sérologique qui permet la détection des anticorps spécifiques du virus covid-19 et qui permet de savoir si l’on a été en contact avec le virus ou pas.

L’IPT précisait que pour bénéficier de ce test, qui se fait sur sérum prélevé, il est indispensable d’avoir une prescription médicale et une fiche de renseignement dument remplie. Toujours selon la même source, le prix de ce test est de 27,560 dinars alors que le délai d’obtention du résultat est de 3 à 4 jours.

Commentaires:

Commentez...