Tunisie : Positive au coronavirus, elle refuse de se confiner et contamine des proches

Dans sa lutte contre le coronavirus et avec l’annulation du confinement obligatoire et la levée du confinement ciblé, le gouvernement a décidé de s’en remettre à la discipline du citoyen.

Cette décision, ayant des dessous financiers, l’Etat n’étant plus en mesure de répondre aux exigences financières relatives au confinement obligatoire, reste risquée.

Que le gouvernement compte sur le citoyen tunisien, sa discipline et sa prise de conscience vis-à-vis des mesures barrières, est une chose, la réalité en est une autre.

Hier, le ministère de la Santé a annoncé six nouveau cas de contamination au coronavirus dont un cas local enregistré au gouvernorat de Kébili (non résident au centre de confinement obligatoire).

C’est justement ce cas bien précis qui laisse perplexe. Peut-on prendre le risque de compter sur la discipline du citoyen tunisien lorsqu’on apprend que le cas de Kébili annoncé hier par le ministère de la Santé, est une femme âgée, testée positive depuis trois semaines et qui a refusé d’intégrer le centre de confinement obligatoire.

Le directeur régional de la santé, Jawher Mekni, a fait cette révélation ce samedi 13 juin 2020 sur les ondes de la radio Mosaique fm, précisant que cette femme, atteinte de Covid-19 n’a présenté aucun symptôme comme les autres cas enregistrés dans la région.

Il a dénoncé cependant le fait qu’elle n’ait pas respecté l’autoconfinement. Pire encore, cette femme contaminée a même assisté à une évènement familial et a contaminé les invités, selon lui. Son fils a même été diagnostiqué positif après une série de tests effectués sur les personnes qui auraient pu entrer en contact avec elle.

Cet exemple est une illustration parfaite de la discipline du citoyen tunisien, du moins certains, en matière de mesures sanitaires à respecter.

Et comme l’a annoncé, Mohamed Rabhi, président de la commission de confinement au sein du ministère de la Santé, aujourd’hui, si de grands dépassements sont observés, nous retournerons au confinement obligatoire dans les centres spécialisés.

Commentaires:

Commentez...