Tunisie : Neutre ou pas, Ghannouchi tente de se rattraper !

Le président de l’ARP a assuré que la « diplomatie publique ou parlementaire ne va pas à l’encontre de la diplomatie officielle ».

A l’issue des discussions relatives au projet de la motion présentée par le Parti Destourien Libre (PDL) sur le refus de l’ingérence dans les affaires libyennes, Rached Ghannouchi a indiqué que la position de la Tunisie vis-à-vis de la Libye devrait rester en faveur de la réconciliation.

Le président du Parlement a ajouté ce jeudi 4 juin 2020 qu’en dépit de la neutralité positive de la position de la Tunisie sur la question libyenne, de nombreuses parties à l’intérieur et à l’extérieur l’ont utilisée négativement.

Se défendant, il a expliqué que les félicitations qu’il avait adressées à Fayez Sarraj font partie du protocole imposé par le contexte de l’appel, mais que ceci ne l’a pas empêché de rappeler la position tunisienne dans la résolution des conflits par le dialogue et des solutions pacifiques.

La question qui se pose serait : qu’a-t-il apporté de nouveau à ce sujet ? La position de la Tunisie notamment en ce qui concerne le dossier libyen a toujours était réconciliatrice et ouverte au dialogue donnant naissance à une solution libyo-libyenne. Est-il juste en train de se défendre et d’essayer de se rattraper ?

Changement de camps ?

Il y a juste deux jours, Ghannouchi critiquait la position « neutre » de la Tunisie face au dossier libyen.

Lors d’une interview accordée à Anadolu Agency, le chef du parti Ennahdha a estimé que la neutralité passive ne bénéficiera en rien à la Tunisie, appelant à mettre en place une politique étrangère bâtie sur ce qu’il appelle la « neutralité active ».

« La neutralité passive n’a pas de sens, nous devons opter pour la neutralité positive de manière à pousser les protagonistes libyens à trouver une solution politique à leur conflit », a-t-il déclaré.

Commentaires:

Commentez...