Tunisie : Le sécuritaire Walid Zarrouk incarcéré

Le sécuritaire et syndicaliste Walid Zarrouk a été incarcéré, ce jeudi 4 juin 2020. C’est son avocat Abdennaceur Aouini, qui l’a annoncé dans un statut publié, ce jeudi 4 juin 2020, sur son compte Facebook.

Walid Zarrouk a fait l’objet d’une polémique lorsqu’il a été arrêté lundi 1er juin. La polémique est née du fait que Me Aouini a accusé le ministère de l’Intérieur d’avoir procédé à une arrestation musclée de son client dans la soirée du lundi 1er juin 2020, alors qu’il se trouvait au domicile de son avocat.

L’avocat rapporte que « des policiers en civil ont encerclé ma maison avec deux voitures administratives. Ils ont bouclé la rue, puis appelé Walid Zarrouki qui était chez moi. Dès que j’ai ouvert la porte, plus de dix individus sont entrés et ont kidnappé Walid Zarrouk ».

L’avocat ajoute que « Walid Zarrouk a été violemment agressé (…) ligoté avant d’être conduit à bord d’un des véhicules ». Il précise également avoir tenté d’intervenir en réclamant les documents officiels. Mais on l’aurait repoussé et indiqué qu’ils détiennent un ordre verbal du procureur de la République et du directeur général de la sécurité nationale.

Dans communiqué publié mardi 2 juin 2020, le ministère de l’Intérieur a commenté et démenti les accusations de l’avocat Abdennaceur Aouini, précisant que Walid Zarrouk était recherché et que l’ordre de son arrestation immédiate provenait du ministère public.

Le ministère de l’Intérieur a précisé que contrairement à ce qui a été indiqué par l’avocat, la sous-commission des affaires criminelles du Département de la police judiciaire a été chargée, à la demande du ministère public, d’arrêter Walid Zarrouk concernant une affaire dans laquelle il est impliqué.

Cette arrestation a eu lieu le 1er juin 2020 sur la voie publique à la cité Ennasr 2 et non chez l’avocat rapporte le communiqué qui ajoute que Walid Zarrouk a résisté à son arrestation et refusé d’obtempérer alors que son avocat a tenu à entraver l’interpellation de son client tout en agressant verbalement et physiquement les agents de police. Le MI indique par ailleurs, que des preuves (photos et audios) de cette résistance existent.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé par ailleurs, qu’à la suite de cette altercation, le ministère public a ouvert une instruction pour refus d’obtempérer et agression d’un agent dans l’exercice de ses fonctions.

Rappelons qu’un peu avant son arrestation Walid Zarrouk avait publié un post Facebook dans lequel il indiquait « que la page Facebook d’un syndicat sécuritaire était en train de régler ses comptes personnels et lui a été attribué par un syndicaliste avec qui il est en conflit. Il avait alors révélé l’existence d’ordres pour l’arrêter sans qu’aucune convocation ne lui soit parvenue.

Commentaires: