Tunisie : 22 lanceurs d’alerte de corruption bénéficient d’une protection sécuritaire

Conformément aux dispositions de l’article 25 de la loi organique n° 2017-10 du 7 mars 2017, relative au signalement des faits de corruption et à la protection des lanceurs d’alerte, 22 décisions de protection sécuritaire à des lanceurs d’alerte de corruption ont été émises depuis 2019.

En effet, l’instance nationale de la lutte contre la corruption (INLUCC) a indiqué, ce mardi 2 juin avoir émis, depuis 2019, et en coordination avec les services du ministère de l’Intérieur, « ces décisions de protection qui interviennent suite aux demandes présentées par des lanceurs d’alerte ayant été victimes de représailles après avoir dénoncé des faits de corruption ».

Ces décisions ont été examinées par les services du ministère de l’Intérieur dans le cadre des travaux de la Commission mixte entre le ministère et l’INLUCC, précise-t-on de même source, citée par la TAP.

L’INLUCC fait état, également, des affaires portées devant la justice dans plusieurs gouvernorats après avoir procédé à des enquêtes et des investigations par l’instance dans des dossiers de présomption de corruption, de mauvaise gestion et de dilapidation de l’argent public.

Commentaires: