Clémence dans la notation du bac 2020 : La bourde médiatique de Mohamed Hamdi

Jeudi 28 mai 2020 a marqué la reprise des cours pour les candidats au baccalauréat. Une rentrée accompagnée par des mesures sanitaires exceptionnelles. Dans ce contexte précis, cette reprise a été auréolée par une surprenante déclaration du ministre de l’Education, Mohamed Hamdi.

Dans une intervention faite sur les ondes de la radio Mosaique fm, le ministre a indiqué qu’il fallait prendre en considération la conjoncture sanitaire exceptionnelle lors de la correction des épreuves du baccalauréat dans la mesure où la situation actuelle pourrait éventuellement affecter la performance des élèves.

« Les élèves de la quatrième année secondaire, traversent une conjoncture sanitaire exceptionnelle, néanmoins, cette conjoncture sera prise en considération lors de correction dans la mesure où elle pourrait éventuellement affecter la performance des élèves », a dit le ministre en substance.

En d’autres termes, il indique clairement que les correcteurs seront cléments dans les épreuves du bac vu la situation exceptionnelle vécue cette année tout en ajoutant que l’édition 2020 du bac sera meilleure que les autres éditions.

Il a également indiqué que son département avait jugé suffisant un mois de cours pour achever le programme du baccalauréat et que les enseignants peuvent, toutefois, prolonger ou à écourter cette période sans pour autant faire pression sur les élèves à travers les cours particuliers.

N’aurait-il pas été plus judicieux de se pencher sur l’avancement dans la réalisation du programme des différentes sections du bac ? La reprise des cours est destinée à achever le programme de cette année. Le sera-t-il ?

N’aurait-il pas fallu tenir compte des programmes des deux premiers trimestres tout en prévoyant des normes de correction identiques aux années précédentes ? Car dans ce contexte exceptionnel, le programme du troisième trimestre ne pourra être achevé dans les délais impartis de cinq semaine.

En tout cas, cette déclaration du minstre a notamment fait bondir le secrétaire général de la Fédération générale de l’enseignement secondaire relevant de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Lassaad Yaakoubi qui a qualifié la déclaration du ministre de l’Education d’être hors-sujet et d’avoir décrédibilisé le bac.

Selon lui, l’allusion du ministre quant à une relative clémence dans la notation est du ressort d’une commission scientifique et non pas de celle du ministre et ne fait que rabaisser la crédibilité de l’examen.

Par ailleurs, il est surprenant d’apprendre que les sujets du baccalauréat sont prêts. Il est étonnant de constater que le tirage de ces sujet a déjà été effectué depuis des mois sans prendre en considération les risques de fuites et autres dépassements, sans prendre également en considération le non-achèvement du programme qui touchera certainement certains candidats.

En définitive, le ministère de l’Education fait, ici preuve d’inexpérience qui frôle l’amateurisme alors que l’éducation reste un pivot de cette société.

Rappelons enfin que les élèves du baccalauréat passeront les épreuves les 8, 9, 10, 13, 14 et 15 juillet prochains. La session de contrôle se déroulera du 27 au 30 juillet 2020, les résultats de la session principale seront annoncés le 26 juillet alors que ceux de la session de rattrapage seront annoncés le 9 août 2020.

Commentaires: