Augmentation des tarifs consulaires : Saied défend les Tunisiens à l’étranger

Présidence de la République

L’augmentation des tarifs consulaires fournis aux tunisiens résidant à l’étranger ne plait pas du tout au chef de l’Etat Kais Saied, qui a eu une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères à cet effet.

En effet, selon un communiqué de la présidence de la République, l’augmentation des tarifs consulaires fournis aux tunisiens résidant à l’étranger et ses conséquences, a été au centre d’un entretien, tenu hier mercredi 27 mai au palais de Carthage, entre le président de la République Kaies Saied et le ministre des affaires étrangères, Noureddine Erray.

D’après une vidéo publiée par la présidence, on voit même Kais Saied en train d’exposer le document de ces augmentations au ministre précité.

Dans ce sens, Saied a souligné la nécessité d’accélérer le rapatriement des tunisiens bloqués à l’étranger, insistant sur le rôle de la communauté tunisienne hors des frontières dans la consolidation de l’économie nationale et sa contribution au soutien des tunisiens à l’intérieur du pays, notamment en cette étape difficile.

Il a dans ce contexte rappelé les actions de bénévolat menées par la diaspora tunisienne pour venir en aide aux établissements de santé et aux citoyens en général.

La rencontre a également porté sur un nombre de questions portant notamment les constantes de la diplomatie tunisienne. Dans ce cadre, le chef de l’état a rappelé que la Tunisie ne dispose qu’une seule diplomatie qui sert à préserver sa souveraineté et ses intérêts.

Hausse exorbitante

Le ministère des Finances avait décidé l’application de nouvelles augmentations sur les tarifs consulaires pour les Tunisiens résidant à l’étranger et ce à partir du 12 mai. Une hausse jugée « exorbitante », dans la mesure où les tarifs de certains services ont presque doublé.

Ainsi, les droits de Chancellerie sont passés de 30 à 88 euros pour le renouvellement du passeport et la carte consulaire de 8 à 17 euros. L’extrait de naissance coûtera désormais 7 euros, alors que le duplicata d’un passeport perdu ou détérioré 165 euros.

Face à ces augmentation inattendues, une polémique avait éclaté sur les réseaux sociaux pour dénoncer ces nouveaux tarifs annoncés notamment dans cette période de crise.

Des Tunisiens à l’étranger avaient décidé de s’activer en mettant en ligne en pétition à signer en vue d’annuler ces augmentations.

Commentaires: