Patrimoine : Les multiples visages du souk des Selliers

Jusqu’à l’adolescence, je ne suis entré dans le dédale des souks de Tunis que par Bab Menara.

En effet, après avoir rendu visite à mes grands parents, accompagné de mon père, nous traversions la médina et ses souks pour aller à Bab Bhar.

De la Porte du Fanal à la Porte de la Mer, il fallait connaître son chemin et négocier tous les raccourcis pour arriver du côté européen de la ville.

Mon père excellait dans cet exercice et je pense avoir hérité de lui ma capacité à me mouvoir dans la médina.

Donc c’est ce souk des Selliers qui était ma porte de la médina. Ces trois cartes postales d’époque nous le montrent sous trois angles différents.

À l’extérieur, avec un alignement de magasins disparus et la masse imposante du ministère de la Défense. À l’entrée du souk, avec la toiture ancienne et le mausolée d’Anselme Turmeda avant sa restauration récente. De l’intérieur, avec la tombe de Sidi Moujahed qui se trouve entre les ateliers de selliers.

De nos jours, ce souk des Selliers a beaucoup perdu de sa superbe. Les artisans ont cédé le pas aux gargottes et les chevaux d’hier ont laissé les pavés de la ville aux automobiles.

Reste le souvenir des lieux qui ont vu prospérer l’une des plus importantes corporations de la cité.

Quelques traces et de rares exceptions peuplent encore ce souk qui à mes yeux, s’est longtemps confondu avec la porte d’entrée de la médina de Tunis.

Commentaires: