Tunisie : La montée de la violence préoccupe Kais Saied et l’UGTT

« Historique » est le terme choisi par le chef d’Etat pour qualifier sa rencontre avec les membres du bureau exécutif de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Une rencontre qui survient en pleine phase exceptionnelle de l’histoire du pays, sur le plan socio-économique comme sur le plan politique.

Les deux parties ont appelé à accélérer le sauvetage des institutions et établissements publics, soulignant le rôle vital joué par ce secteur pour assurer les besoins fondamentaux des citoyens et garantir leurs droits à la santé, à l’éducation et au transport.

Elles ont salué l’efficacité des institutions publiques pendant cette période d’épidémie, « malgré le manque de capacités et les opérations de sabotage auxquelles elles ont été exposées pendant des décennies ».

La crise existante entre le président de la République, Kais Saied, et certains députés de l’ARP a également été évoquée.

Le Secrétaire général de la centrale syndicale, Noureddine Taboubi, a exprimé, au nom du bureau exécutif, sa solidarité avec Saied face à « la campagne de diffamation et de menace lancée par certaines parties contre sa personne et contre le symbole de l’État ».

Selon lui, cette campagne ne vise pas uniquement le président. « Elle a porté atteinte à l’UGTT et à un certain nombre de partis, organisations, sociétés et personnalités nationales, et vise à porter atteinte à la légitimité, à troubler les pouvoirs nationaux, à semer le chaos et à toucher à la réputation de la Tunisie », indique la centrale.

Les deux parties ont affirmé leur préoccupation face à la montée de la violence et aux discours haineux qui pourraient conduire à des risques de chaos.

Commentaires: