Seifeddine Makhlouf adresse « un dernier avertissement » à Kais Saied et le menace

Seifeddine Makhlouf, député de la coalition Al-Karama, s’est apparemment senti visé par les propos du président de la République, Kais Saied, critiquant la vie politique en Tunisie et la qualifiant de misérable.

Ce mardi 12 mai 2020, Seifeddine Makhlouf a réagi à ces déclarations et exprimé sa colère face au discours du président de la République, qu’il a qualifié de « dangereux » et l’a considéré comme un « appel à justifier la violence et la rébellion contre les institutions de l’État en général et contre le Parlement en particulier ».

Dans un style qui lui est propre, Makhlouf a tenu à adresser « un dernier avertissement » à Kais Saied avant de se voir obligé « d’appliquer ses propres idées », dit-il littéralement.

Makhlouf adresse ainsi « un dernier avertissement » au président de la République avant d’exiger le retrait de sa légitimité car « tous ses appels et discours manquent de légitimité », dénonce Makhlouf.

En déplacement à Kébili, le président de la République Kais Saïed a critiqué, hier, la vie politique en Tunisie. « La misère que nous vivons aujourd’hui n’a d’égal que la misère politique », a-t-il déclaré.

Sans entrer dans les détails, le chef de l’Etat a évoqué le « changement d’alliance » et les conflits existants entres les députés du Parlement, dénonçant les insultes utilisées entre eux.

« Construisons un avenir meilleur pour un peuple qui peut faire des miracles s’il dispose des outils nécessaires. La misère dans laquelle nous vivons aujourd’hui n’a d’égal que cette misère politique, qui en est la cause […]. Les alliances changent parfois d’heure en heure, pas seulement d’un jour à l’autre », a-t-il déclaré.

Commentaires: