Le SNJT menace d’une grève générale et de porter plainte contre Fakhfakh

Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT)

Revenant sur les décisions prises en faveur du secteur des médias, le Syndicat des Journalistes Tunisiens (Snjt) a montré son désarroi et sa colère quant aux mesure prises par le chef du gouvernement et notamment l’exclusion de la presse écrite.

Pour le syndicat qui étudie même de porter plainte contre Elyes Fkhfakh, le chef du gouvernement n’a pas respecté ses engagement envers les journalistes.

« Nous mettons en garde contre ces mesures qui manquent de transparence et qui ne sont pas à la hauteur des attentes des journalistes et du secteur », a-t-on communiqué.

Le syndicat appelle dans ce sens tous les journalistes à se préparer à organiser toutes les formes de protestation contre ces décisions y compris la grève générale.

Un conseil ministériel restreint, présidé par le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh a annoncé hier mercredi 6 mai, des mesures exceptionnelles prises pour soutenir le secteur des médias, notamment les établissements médiatiques, face à la crise du coronavirus.

Selon un communiqué publié par la présidence du gouvernement , il a été décidé que l’Etat prenne en charge 50% des frais de diffusion pour l’année 2020 de toutes les chaines radiophoniques et télévisées privées. Les délais de payement des frais du premier trimestre ont aussi été prolongés jusqu’au 30 juin 2020. L’Etat et les établissements publics s’engageront aussi à s’abonner dans les versions électroniques des journaux avec un budget de 1,2 million de dinars.

Un fonds de 5 millions de dinars sera créé auprès de la présidence du gouvernement pour le soutien de l’effort communicationnel de l’Etat en matière de campagnes de sensibilisation. Une somme de 5 millions de dinars relevant du budget de l’Etat sera aussi mobilisée pour financer le programme de mise à niveau du secteur et l’appuyer pour une meilleure intégration dans la transition digitale.

Commentaires:

Commentez...