La demande d’audition de Rached Ghannouchi rejetée par l’ARP

La demande du bloc du Parti destourien libre (PDL), présidé par Abir Moussi, pour auditionner en séance plénière le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Rached Ghannouchi, a été rejetée.

L’ARP a rejeté cette demande du fait qu’elle « n’a pas de base juridique », indique, ce jeudi 7 mai 2020, un communiqué du Parlement.

Lors de son passage sur Shems fm, Moussi a réitéré ses accusations contre Rached Ghannouchi, quant à ses « liens flous » avec des parties étrangères. Selon elle, « le Parlement est devenu un moyen entre les mains de Ghannouchi pour mettre en œuvre un programme des Frères Musulmans au Maghreb ».

Et dans le cas où la demande d’audition serait rejetée, une plainte sera déposée à l’encontre du président d’Ennahdha », a-t-elle ajouté aujourd’hui.

Notons que le PDL a demandé à tenir une séance d’audition de Ghannouchi sur « le contenu de ses mouvements et de ses contacts étrangers mystérieux et suspects avec la Turquie et les Frères musulmans de Libye ».

Abir Moussi, accuse le président de l’Assemblée d’entretenir des relations non-officielles avec des parties étrangères depuis quelques temps déjà.

Il y a deux jours, elle a abordé, le projet de motion relatif au refus des interventions étrangères dans le conflit libyen à partir de la Tunisie et l’installation d’une base logistique sur le sol tunisien afin de faciliter cette intervention.

Le même texte interdit toute création de base logistique sous couvert des accords et conventions économiques, sociaux et financiers visant à faciliter la politiques expansives de ces parties en référence, sans les citer, à la Turquie et au Qatar.

Ce mardi 5 mai 2020, Abir Moussi, a réitéré ses critiques lancées contre le président de l’ARP, Rached Ghannouchi et dénoncé les « agissements obscurs » et « la violation des lois et des usages diplomatiques » en faisant allusion à des réunions qu’aurait tenues Rached Ghannouchi à huis clos et secrètement avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Elle a signalé que le PDL n’a pas l’intention de laisser sous silence une telle question et n’hésitera pas à dénoncer des accords suspects, soulignant dans ce sens que « Rached Ghannouchi entretient des relations étrangères louches ».

Evoquant les réunion entre Ghannouchi et Erdogan sans qu’elles soient annoncées ou l’information de la Chaine libyenne Aljamhirya selon laquelle Rached Ghannouchi aurait contacté Khaled Mechri connu pour son appartenance à la confrérie des Frères Musulmans, Abir Moussi souligne qu’elle ne veut pas que le parlement se transforme en un instrument entre les mains de Ghannouchi.

Commentaires: