« Culture Solidaire KLF » : Des dotations de près de 500.000 dinars

La station d'art BL9Un total de 120 artistes viennent de bénéficier de dotations pour pouvoir poursuivre leur travail en cours, malgré les conditions difficiles du déconfinement.

Ces dotations d’une valeur globale de près de 500.000 dinars sont mises à la disposition des artistes par le biais du mécanisme « Culture Solidaire KLF » initié par la Fondation Kamel Lazaar, dans le cadre du Fonds de Relance Culture créé par le ministère des Affaires culturelles.

Ainsi, 59 projets portés par 120 artistes ont été sélectionnés par un jury composé de 12 experts dans différentes disciplines.

Ces projets, tous en cours de réalisation, concernent les Arts vivants, les Arts visuels et le cinéma. Ils ont été choisis parmi 310 dossiers qui ont été présentés à la Fondation Kamel Lazaar, suite à l’appel à projets lancé par cette institution.

Urgence oblige, l’appel proprement dit, les délibérations du jury, la sélection des dossiers et l’annonce des résultats ont été bouclés en un temps record.

Il importe aussi de mentionner que le jury a donné une priorité aux artistes travaillant à l’intérieur du pays et aux créateurs qui vivent exclusivement de leur travail artistique.

Par ailleurs, la Fondation Kamel Lazaar ne se contentera pas d’apporter un soutien matériel aux projets sélectionnés mais les accompagnera au cours de leur diffusion.

Mieux, les projets n’ayant pas été sélectionnés pourront bénéficier d’autres dispositifs et trouver un soutien auprès de cette fondation qui a tenté d’apporter une réponse immédiate à la situation actuelle.

En effet, plusieurs questions se posent aux opérateurs culturels ainsi qu’aux artistes face aux conditions objectives créées par le confinement.

Comment actionner la solidarité artistique dans l’urgence? Comment poursuivre sans relâche le travail culturel alors que tous les espaces de partage sont portes closes?

La réponse à ces deux questions est d’abord venue d’initiatives minuscules, d’artistes qui intervenaient – alors qu’ils sont confinés – pour apporter leur soutien à des hôpitaux, offrir des concerts improvisés ou lire des textes à haute voix.

Globale, fusant de toutes parts, cette réponse est venue aussi bien de Bob Dylan ou des Rolling Stones que de jeunes artistes motivés par le devoir de solidarité.

En Tunisie, la réponse à ces questions a aussi trouvé une réponse institutionnelle, actionnée par le ministère des Affaires culturelles et prenant la forme d’un Fonds Relance Culture (FRC) qui a vite fait de mobiliser les bonnes volontés et être adopté par les artistes.

Tentant d’apporter une réponse aux difficultés matérielles des artistes et posant en même temps les jalons de la relance prochaine, ce fonds a lui même généré des initiatives.

Parmi les plus éloquentes des initiatives qui se sont développées dans le cadre du fonds de relance voulu par le ministère des Affaires culturelles, « Culture Solidaire KLF » retient l’attention pour plusieurs raisons.

premier lieu, « Culture Solidaire KLF » se déploie dans l’urgence. En d’autres termes, il s’agit d’agir immédiatement pour apporter un soutien crucial à des artistes qui se sont trouvés confinés alors que leurs projets étaient en cours.

Ensuite, « Culture Solidaire KLF » sort des sentiers ressassés du caritatif déguisé. En effet, tout en considérant l’aspect social et la situation actuelle des artistes, cette initiative est d’abord culturelle.

En ce sens, il ne s’agit plus d’aider pour aider mais plutôt d’aider pour que les artistes puissent continuer à créer. Il s’agit en effet d’un mécanisme de promotion de la création en ces temps difficiles et non pas d’une quelconque caisse qui se contenterait de secourir les plus nécessiteux.

Enfin, fidèle aux options du ministère de tutelle, « Culture Solidaire KLF » contribue à baliser la future reprise culturelle en créant avec les artistes, les conditions de mise en place d’un gisement d’oeuvres disponibles et prêtes pour une prochaine diffusion.

Les prochaines semaines devraient nous permettre de découvrir les premiers projets qui seront réalisés. Notons qu’il ne s’agit pas d’oeuvres sur le confinement mais de travaux réalisés durant la période du confinement.

La nuance est de taille car elle induit que toutes les oeuvres ayant candidaté sont un fidèle reflet de la créativité des artistes tunisiens durant cette période de confinement.

Commentaires: