Mémoires du Ramadan : Les facéties d’Ommi Traki

J’ai toujours imaginé Ommi Traki en conteuse. Porté par la gouaille de Zohra Faiza, ce personnage avait fait les délices du public des années soixante.

Ommi Traki est probablement la première star tunisienne du petit écran. C’est en tous cas le premier feuilleton à avoir donné une saveur supplémentaire au mois de Ramadan.

Avec toute une galerie d’artistes, ce feuilleton avait su rallier les suffrages du public au point où, durant de nombreuses années, il fut l’un des incontournables de la télévision tunisienne qui en était encore à ses premiers pas.

Tous les comédiens qui comptaient figuraient dans le casting, à commencer par Mohamed Ben Ali qui s’était taillé auparavant une belle réputation à la radio.

L’époque était encore pleinement à la radio et les feuilletons radiophoniques étaient légion. Les anciens vous parleront certainement de Hadj Klouf, Chanab ou encore Barguellil.

Entre humour et histoire, ces créations étaient plébiscitées par le public et, de façon remarquable, ces feuilletons sont toujours présents grâce à la radio nationale qui puise dans ses archives pour ressusciter une époque dorée.

Pour Ommi Traki, c’était la même chose. Le personnage se situait dans la continuité de « Aicha el Kadra » qui fut campé au théâtre par Fadhila Khitmi.

Débrouillarde, ayant toujours le dernier mot, dominant son sujet et sa famille, Ommi Traki, c’est un peu l’éloge de la Tunisienne traditionnelle.

Issue du théâtre de boulevard, Ommi Traki eut même les honneurs du grand écran au début des années 1970.

Ce personnage laisse un sillage de grâce et de nostalgie. Et l’image fanée de ces matrones d’hier qui pouvaient régenter tout une famille et mener à la baguette mari et enfants.

Ommi Traki est une de ces figures immuables du mois de Ramadan. Assurément, plus de cinquante ans après ses aventures télévisuelles, personne ne l’a oubliée.

Commentaires:

Commentez...