Tunisie – Coronavirus : Vers un confinement par la force ?

Le marché Sidi Bahri, aujourd’hui

Un couvre-feu instauré dès midi ? Comme une trainée de poudre, la rumeur a enflammé les réseaux sociaux au point de s’emparer de la rue. Il aura fallu que le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Khaled Hayouni, intervienne sur une radio pour la démentir.

Mais pourquoi en être arrivé là ! Depuis hier, on appelle les Tunisiens à respecter les dispositions du confinement total instauré pour limiter la propagation du coronavirus, la courbe épidémique étant repartie à la hausse à cause d’un relâchement relâchement évident observé ces derniers jours.

Il est vrai que les rues sont beaucoup plus animées et que plusieurs commerçants ont rouvert soudainement ; les marchands ambulants de fruits et légumes sont également de retour en force et provoquent parfois des attroupements monstres.

De quoi mettre en colère le ministre de l’Intérieur, Hichem Mechichi qui a mis en garde, hier, contre les formes d’infraction du confinement total, promettant qu’aucune infraction ne sera plus tolérée, et que les instructions ont été données aux forces sécuritaires pour appliquer la loi à tout contrevenant. « Il y aura des arrestations et des assignations à résidence », a-t-il averti.

Les commerçants du marché Central priés de fermer

Ce mercredi 8 avril 2020, commerçants et passants ont été surpris par l’intervention des forces de l’ordre qui ont ordonné la fermeture du marché central et du marché Sidi Bahri de Tunis sur la base du « flagrant délit ».

Et pour cause, ces deux marchés étaient encombrés et les forces de l’ordre ont ainsi donné l’ordre aux commerçants de baisser leur rideau et aux citoyens de rentrer chez eux. Car malgré les appels à profusion afin de respecter toutes les mesures attenantes au confinement, à la protection, à la distanciation sociale, aucun respect de ces règles n’a été observé.

Idem à Sidi Hassine, où les forces de l’ordre, en coordination avec le parquet au tribunal de Tunis 2, ont décidé d’appliquer par la force, la loi de confinement sanitaire en procédant à la fermeture de plusieurs commerces et à l’arrestation d’un certain nombre d’individus qui refusaient de respecter le confinement.

Rappelons, par ailleurs, que plus de 50.000 permis de conduire et cartes grises ont été confisqués à leurs titulaires et 2000 voitures ont été saisies pour non respect des dispositions du confinement général et du couvre-feu.

Signalons, à ce titre, que 195 personnes ont été placées en garde à vue pour avoir violé le confinement total ou le couvre-feu et que le ministère public a également délivré des mandats de dépôt à l’encontre de 74 personnes et décidé de poursuivre en justice 121 autres laissées en liberté.

Commentaires: