Bizerte : Des habitants exigent l’incinération de la dépouille d’une femme décédée de coronavirus

Le maire de Bizerte, Kamel Ben Amara est intervenu, ce mercredi 1er avril 2020, sur les ondes de Shems fm, pour dénoncer le comportement de certains habitants ayant exigé que la dépouille d’une femme contaminée au coronavirus et décédée, soit brûlée.

Kamel Ben Amara a rappelé qu’un certain nombre d’habitants ont manifesté, hier soir pour protester contre l’enterrement de cette femme décédée du coronavirus et certains ont même appelé à brûler sa dépouille.

Il a condamné ces mouvements de protestations et les déclarations d’un certain nombre
de manifestants, précisant que « personne n’est au-dessus de la loi » et que le processus d’inhumation s’est tenu conformément au protocole sanitaire.

Il a signalé qu’une tombe de 3 mètres de profondeur a été creusée avec l’utilisation de matériaux d’isolement et de stérilisation, tels que la chaux, parallèlement aux rites religieux requis lors de l’inhumation.

Il est à noter que les forces de l’ordre de Bizerte ont été contraintes, dans la soirée d’hier, de faire usage de gaz lacrymogène pour disperser un groupe d’habitants du quartier Al-Jalaa à proximité du cimetière qui se sont opposés à l’enterrement de cette femme, décédée lundi 30 mars à l’hôpital Habib Bougatfa à l’âge de 76 ans.

Les négociations entre forces de l’ordre et protestataires ont duré plus de trois heures mais sans résultat. Certains protestataires s’en sont même pris aux forces de l’ordre en leur jetant des pierres, selon une source sécuritaire ce qui a contraint les forces de sécurité à utiliser du gaz lacrymogène pour disperser la foule et permettre l’enterrement de la défunte.

Commentaires:

Commentez...