Spéculateurs de la honte : Tristes profiteurs d’épidémie

Encore heureux que les pouvoirs publics aient eu le temps et la capacité d’agir en amont. En attendant le pic de l’épidémie, le confinement est provisoirement la solution qui semble la plus adaptée. Durant cette période, les Tunisiens font preuve de discipline et les sécuritaires font l’essentiel pour protéger autrui. Le corps médical et la grande famille paramédicale sont pleinement mobilisés alors que le gouvernement et la société civile gèrent au plus près. Ce tableau qui souligne une union face au virus et sa menace, souffre toutefois des calculs malsains de quelques spéculateurs.

Essayant de profiter de la situation, ces profiteurs de « guerre » tentent de créer des pénuries alimentaires. Le cas du dépôt clandestin de farine découvert hier à Sidi Bouzid n’est qu’un exemple parmi d’autres de ces agissements peu citoyens. Comment sévir face à la spéculation? Vaste question! Mais là encore, il faut procéder en amont pour avoir raison de tous les marchés noirs potentiels. On aura vu ceux qui profitent du couvre-feu pour voler des équipements sur la voie publique. On aura vu ceux qui se sont attaqués aux camions de livraison désormais sécurisés. On aura aussi vu des spéculateurs és politique pousser des adolescents à manifester de nuit en brandissant des slogans religieux. On en verra d’autres sans doute. Mais il importe de couper l’herbe sous le pied des spéculateurs, tous les spéculateurs qui agiotent à l’ombre de la menace.

Commentaires: