La lutte contre le coronavirus en Tunisie doit obéir à des mesures encore plus strictes

« La lutte contre le coronavirus en Tunisie doit obéir à des mesures encore plus strictes ». Cette constatation est de Chokri Hammouda, directeur général des soins de santé de base au ministère de la Santé, qui fait une évaluation de la situation.

Dans une déclaration accordée, ce mercredi 25 mars 2020, à Express Fm a tenu à expliquer que l’épidémie de coronavirus en Tunisie ayant atteint une nouvelle étape, « on doit désormais parler de contagion horizontale qui signifie que la propagation de la maladie passe d’un individu à un autre sans en connaître l’origine ».

Cela signifie que la propagation du virus peut s’accélérer. Cela signifie surtout que plusieurs personnes peuvent être contaminées sans qu’elles soient identifiées en tant que cas confirmés. Cela veut également dire que tout « le processus de lutte contre le coronavirus doit être redéfini et que des mesures plus strictes doivent être prises ».

Chokri Hammouda se veut toutefois optimiste, estimant que « si tous les Tunisiens respectent rigoureusement les consignes de confinement, le coronavirus peut disparaitre dans deux mois. Mais si ce n’est pas le cas, la durée s’allongera ».

Rappelons que le confinement est obligatoire depuis le 22 mars et va se poursuivre jusqu’au 4 avril. Rappelons également qu’un couvre-feu a été instauré de 18h00 à 06h00.

La Tunisie a enregistré, ce mercredi 25 mars 2020, 59 nouveaux cas de coronavirus portant le nombre total des personnes contaminées à 173.

Commentaires:

Commentez...