Populisme en temps de confinement : « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ! »

Le président de la République, Kais Saied aurait dû s’abstenir de se rendre, hier au bureau de poste de la Cité Mahrajène à Tunis, pour y faire un don au profit du Fonds 1818 pour la prévention contre le Covid-19 en Tunisie.

Quelle mouche l’a piqué ou plutôt quelle mouche à piqué ceux qui le conseillent pour avoir pris cette initiative plutôt indélicate en cette période de confinement ? Indépendamment de son louable geste, le Chef de l’Etat a commis plusieurs dépassements à l’heure où il a décrété le confinement total et le couvre-feu.

Venant d’un président de la République, le message est passé plutôt de travers. Comment peut-on verbaliser dès lors, des citoyens qui ne respectent pas le confinement lorsque leur président lui-même se fait photographier à un bureau de poste pour y verser un don ?

« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ! » Cet adage s’applique parfaitement à la situation avec un président qui demande à ce qu’on respecte le confinement allant même à déployer l’armée, mais qui ne le respecte pas lui-même.

Secundo, Kais Saied, aurait pu s’abstenir de se faire prendre en photo. A l’instar de nombreuses personnalités, il n’a pas échappé aux sirènes du populisme en se faisant photographier alors qu’il dispose de multiples moyens de faire un don sans même se déplacer.

Abstraction faite du don qu’il a fait, son déplacement a suscité une vague de critiques dans la mesure où en tant que chef suprême il aurait dû donner l’exemple de ne pas sortir, de ne pas payer en espèces sachant qu’une loi interdit les transactions de montants supérieurs à 5000 dinars, etc…

Kais Saied en citoyen modèle ? Nous sommes bien loin de tout cela après avoir violé plusieurs « conseils » en une seule sortie… médiatique ! Où sont passés ses conseillers ? Ont-ils eu leur mot à dire ? Si c’est le cas, alors bonjour les dégâts !

Commentaires: