Le grand retour des épiciers de quartier

Crédit photo : Pierre Gassin

Les Tunisiens retrouvent la proximité des épiceries de quartier. Confinés chez eux, ils sont nombreux à se connecter à leur épicerie.

En quelques pas, vous y êtes et si vous n’avez pas toute la somme nécessaire à vos courses, vous pourrez revenir.

Les épiceries restent de véritables institutions dans nos quartiers. On y va avec un carnet pour payer à crédit, à la fin de la semaine ou du mois. On y nomme l’épicier par son prénom et il est toujours présent.

Les épiceries tunisiennes sont réputées dans plusieurs pays et travaillent souvent de jour et de nuit.

Au Québec, les épiceries sont désignés par le vocable « dépanneur », pour bien souligner qu’ils sont toujours présents.

Sur fond de coronavirus, vos épiceries sont de retour et ne vous laissent pas tomber. A nous de savoir ne plus les abandonner pour le vertige de puissance consumériste que donne un caddie qui déborde.

Un dernier mot. Il concerne la photo qui illustre ce billet. Si je ne m’abuse, elle représente l’épicerie Rihane qui se trouve à proximité du marché de Houmt Souk, à Djerba.

En tout état de cause, elle semble surgir des années antérieures. Superbe photo qui fera sans doute resurgir la mémoire de nos quartiers.

Qui, chers lecteurs, se souvient des noms des épiciers de son quartier ?

Commentaires: