Tunisie – Coronavirus : Des entreprises commencent à réduire leurs effectifs

La Tunisie, comme plusieurs pays dans le monde, ne pourra en aucun cas échapper aux retombées négatives de la propagation du coronavirus. Et ce sont les entreprises et notamment les PME qui semblent être les plus touchées. « Les entreprises nationales out été lourdement touchées », s’inquiète d’ailleurs l’UTICA qui appelle le gouvernement à les soutenir le plus tôt possible.

 » Les entreprises nationales sont fortement touchées par la propagation du coronavirus, étant donné que nous échanges commerciaux se font à 75% avec l’Union Européenne qui traverse une crise sanitaire et économique sans précédent », a affirmé dans ce sens le vice-président de l’UTICA, Hichem Elloumi.

« Nous sommes en train de recevoir des annulations de commandes et rencontrons des problèmes de paiement au niveau du secteur exportateur. Pour ce qui est des importations, nous avons de grandes difficultés à acquérir certaines matières premières nécessaires à l’activité des entreprises. Tout cela engendre une forte baisse de l’activité de plusieurs entreprises et des problèmes sévères de trésorerie. Et nous commençons à voir des entreprises qui diminuent leurs effectifs (mise en chômage partiel). Certaines envisagent même, de fermer leurs portes pendant des semaines « , s’alarme-t-il, dans une déclaration à l’agence TAP.

Et d’ajouter  » face à cette crise extrêmement sévère, nous sommes en négociation avec le gouvernement pour le pousser à mettre en place des mesures de soutien et d’accompagnement aux entreprises. Des propositions concrètes lui seront adressées aujourd’hui, mardi, par l’UTICA « .

 » Nous estimons nécessaire d’envisager un soutien immédiat à la trésorerie des entreprises au risque d’avoir des faillites dans les prochains jours. A ce titre, nous proposons un report de plusieurs mois des cotisations sociales et des engagements fiscaux « , souligne-t-il.

« Nous proposons également, qu’il y ait un rééchelonnement des dettes bancaires et la non application des pénalités en cas de retard, notamment en ce qui concerne les marchés publics « .

Hier lundi 16 mars, le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh a rassuré les citoyens et les différents acteurs du tissu économique concernant les répercussions de cette crise, annonçant que l’Etat est en train d’étudier la situation pour prendre les mesures nécessaires à cet effet.

Le taux de croissance s’est réduit à 1% en 2019 contre 2,7% en 2018, selon des données publiées par l’Institut national de la statistique (INS). Il s’agit d’un coup dur pour la situation économique en Tunisie dans la mesure où le taux de croissance constitue le plus important indicateur économique utilisé pour mesurer la croissance de l’économie et aura un impact direct sur l’employabilité, le développement et l’investissement.

Si la Tunisie ambitionne d’améliorer la situation et faire hausser ce taux, la conjoncture sanitaire et économique internationale causée par le coronavirus maintiendra malheureusement le taux de croissance en Tunisie à 1% voire encore moins.

Commentaires: