ARP : Une plénière de 17 heures entre le burlesque et le grotesque !

Les nouveaux ministres s’en souviendront longtemps ! La séance plénière consacrée au vote de confiance du gouvernement Fakhfakh a battu tous les records, mercredi 26 février 2020. Le gouvernement proposé par Elyes Fakhfakh a obtenu la confiance de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), suite à un marathon qui aura duré près de 17 heures.

Lors de la séance plénière consacrée au vote de confiance, 207 députés ont voté parmi les 217 que compte l’ARP. 129 députés ont voté en faveur du gouvernement Fakhfakh, 77 députés ont voté contre ce gouvernement et 1 député s’est abstenu sachant qu’Elyes Fakhfakh avait besoin de 109 voix pour faire passer son gouvernement.

La séance plénière consacrée au vote de confiance a débuté mercredi vers 09h35 pour s’achever dans la nuit de mercredi à jeudi vers 02h50. Avec le discours d’Elyes Fakhfakh destiné à présenter les membres de son équipe gouvernementale et à annoncer les priorités ainsi que les projets nationaux de son gouvernement, il fallait aussi compter avec les 188 interventions des députés qui se sont succédées.

Les critiques ont été nombreuses et de nombreux députés ont choisi d’émettre des réserves quant à la réussite de ce gouvernement… Des députés se sont concentrés sur la double nationalité de certains ministres… D’autres ont émis des réserves quant à la nature du gouvernement… D’autres encore ont tenu à rappeler à Elyes Fakhfakh son bilan catastrophique en tant que ministre au sein de la Troïka.

Ceux qui ont suivis les débats de cette plénière ont été étonnés de constater la longueur des débats. Ils ont été surpris de voir que les députés de l’Assemblée des représentants du peuple ont le plus souvent mobilisé la parole pour faire faire passer des messages n’ayant aucun lien avec le vote de confiance.

Il est désolant de constater qu’une plénière consacrée à un vote de confiance soit déviée de son objectif… Des députés ont fait de l’ARP une tribune pour féliciter leurs collègues. Seifeddine Makhlouf n’a pas mieux choisi que d’exploiter son temps de parole pour exprimer sa fierté envers ses collègues de la Coalition Al Karama avant de nous ressortir son discours sur l’influence de la France en Tunisie…

En fait, plusieurs députés d’Al Karama ont exploité leur temps de parole pour se répéter et exprimer la même idée. Que de temps perdu ! N’aurait-il pas été plus judicieux de fixer un temps de parole à chaque président des blocs parlementaires composant l’ARP ?

Les députés d’Al Karama ont tous exprimé une même chose : « Nous ne voterons pas pour ce gouvernement et nous serons dans l’opposition ». Ni Qalb Tounes ni le Parti destourien libre ni aucun autre parti politique ne fait exception. Les interventions ont été souvent burlesques. Certaines interventions se sont penchées sur le bilan de Youssef Chahed !!! D’autres ont évoqué une plainte contre un responsable au ministère de la Culture avec des interruptions à gogo et une confusion généralisée qui s’en est suivie.

Au milieu de tout ce brouhaha, il était difficile de comprendre quel était vraiment l’ordre du jour. Hier, à l’ARP, les députés se sont répétés et ont excellé dans l’art de vociférer, de beugler… Ils se sont surpassés dans l’art du meulage verbal et de la répétition à l’image du dernier député à être intervenu pour nous offrir une dissertation faisant le listing de tous les problèmes dont souffre le citoyen lambda.

Que de temps perdu alors que l’élève Elyes Fakhfakh était quasiment assuré d’obtenir la confiance de l’ARP ?! « On va te donner notre confiance même si on n’est pas en phase avec ce gouvernement… même si on n’est pas d’accord avec son programme… même si on a des réserves contre certains ministres… Mais l’intérêt du pays nous oblige à t’adouber et maintenant c’est à toi de jouer ! » C’est ça la politique !

Commentaires:

Commentez...