Youssef Chahed court-circuité : Hichem Fourati interpellé par Elyes Fakhfakh !

Même si le ministère de l’Intérieur refuse de l’admettre, un air d’insécurité marqué notamment par la prolifération des braquages notamment dans la capitale Tunis, ne cesse d’angoisser les Tunisiens.

C’est dans ce cadre que le chef du gouvernement désigné Elyes Fahfakh a convoqué ce jeudi 30 janvier 2020, le ministre de l’Intérieur pour l’interpeler sur la nécessité de lutter contre ce fléau avec efficacité.

A l’issue de cet entretien imprévu, Hichem Fourati a déclaré aux médias, qu’en effet, la réunion a porté notamment sur le phénomène des braquages niant dans ce sens, le fait que le taux de violence a augmenté en Tunisie.

« Nous n’épargnons aucun effort pour assurer la sécurité des Tunisiens », a-t-il martelé appelant le ministère public à émettre des mandats de dépôt contre les personnes arrêtées dans le cadre des affaires de droit commun.

Mais actuellement quel pouvoir peut exercer Elyes Fakhfakh sur les membres de l’équipe de son collègue Youssef Chahed qui porte toujours la casquette de chef du gouvernement ?

On sait qu’Elyes Fakhfakh n’aura un pouvoir contraignant que lorsque sa nouvelle équipe gouvernementale obtiendra l’aval des députés, chose qui n’a pas encore eu lieu. Elyes Fakhfakh, contrairement à son prédécesseur Habib Jemli, est-il en train de montrer ses griffes ou s’agit-il simplement d’un coup de com ?

En tout cas, ces situations nous rappellent que la période intérimaire a beaucoup trop duré et que la mise en place du nouveau gouvernement ne devra plus tarder, sinon, on plongera davantage dans le désordre politique.

Il est utile de rappeler que le chef de l’Etat, Kais Saied avait reçu il y a une semaine le ministre de l’Intérieur Hichem Fourati sur fond de multiplication des cas de braquages et de violence et de climat d’insécurité.

« Le président de la République a appelé le ministre de l’Intérieur à déployer tous les efforts nécessaires pour garantir la sécurité des citoyens et à faire face à toute forme de violence et de délinquance », avait précisé un communiqué de la présidence.

Commentaires: