Tunisie : Appel à la prière de la pluie quand le gaspillage d’eau bat son plein

Le ministère des Affaires religieuses appelle, ce mercredi 29 janvier 2020, dans un communiqué, les directeurs régionaux relevant des affaires religieuses à coordonner avec les autorités régionales et les imams en vue de tenir « la prière El Istisqa » (prière de la pluie), dans les plus brefs délais.

Dans son communiqué, le ministère appelle à la nécessité de « déterminer les lieux où aura lieu la prière de la pluie ». Les températures, il est vrai, sont supérieures aux normales saisonnières en ce mois de janvier et la pluie se fait attendre.

L’origine de la prière d’Al Istisqa remonte au temps du Prophète. On raconte qu’entendant les gens se plaindre de la sécheresse, il aurait déclaré : « Vous vous êtes plaints de la sécheresse. Dieu vous a enjoint de l’invoquer et vous a promis d’exaucer vos prières ». Puis il aurait levé ses bras au ciel et prié « Puisses-Tu faire tomber Ta pluie sur nous, puisses-Tu faire de ce bien une force et un appui qui nous soulageront ».

Selon le témoignages de ses compagnons, à peine sa prière finie, un gros nuage se serait formé et la pluie aurait ruisselé sur la région. Le prophète aurait alors souri avec béatitude. (Selon Al-Hâkim).

Si le ministre des Affaires religieuses appelle à tenir cette prière pour la pluie comme le veut donc la tradition, il reste indéniable que mettre fin au gaspillage de l’eau serait une solution toute aussi « salutaire ».

Le ministre des Affaires religieuses a également ce rôle d’inviter ses imams à sensibiliser via les sermons, les fidèles des mosquées à ne plus gaspiller cette eau précieuse. Et au lieu de se réfugier dans la prière ne serait-il pas plus rationnel de protéger nos réserves d’eau par des gestes quotidiens ?!

Commentaires: