Nabil Baffoun (ISIE) évoque la nécessité de réviser la loi électorale

Le taux de participation globale aux élections législatives est passé de 80% en 2011, à 41% en 2019 et 86% des listes candidates aux législatives de 2019 n’ont pas obtenu de sièges au Parlement.

Ces constats sont présents dans le rapport que prépare l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) et qui sera publié en mars prochain. Ce rapport devrait également apporter plusieurs propositions de l’ISIE dont principalement l’amendement de la loi électorale.

Nabil Baffoun, président de l’instance, a en effet indiqué, ce mercredi 15 janvier 2020, à Sfax, dans une déclaration à l’agence TAP, en marge de sa participation à un colloque international sur la justice administrative et les conflits électoraux, que les résultats des élections de 2019 devraient inviter à une réflexion sérieuse sur la révision de la loi électorale fin d’apporter davantage d’efficience à l’opération électorale.

Le fait que 86% des listes candidates aux législatives de 2019 n’aient pas obtenu de sièges au parlement et que le taux de participation globale au scrutin est passé de 80%, en 2011, à 41% en 2019, sont des chiffres alarmants qui soulignent la nécessité d’examiner sérieusement de réviser la loi électorale.

Par ailleurs, Baffoun a écarté l’éventualité d’élections législatives anticipées. Il a, toutefois, souligné que l’article 89 de la Constitution dispose de la possibilité de l’organisation de nouvelles élections législatives anticipées.

Commentaires: