Tunisie : Le FMI exige une nouvelle augmentation du prix des carburants

Illustration

Le ministre chargé des Grandes réformes Taoufik Rajhi a affirmé que le Fonds monétaire international posera de nouvelles conditions pour débloquer la nouvelle tranche des crédits.

Dans une déclaration à « Al-Arabi Al-Jadid », il a expliqué que le FMI demandera la réalisation de certaines mesures convenues à la Tunisie pour débloquer ces fonds.

Parmi ces mesures figure notamment une augmentation du prix de vente des carburants pour faire face à au déficit du budget de l’Etat causé en partie par les mécanismes de compensation.

Rajhi a rappelé dans ce sens que le Fonds demandera en effet, des réformes des subventions aux carburants, des salaires et de l’augmentation des recettes fiscales.

Jérôme Vacher, représentant résident du FMI en Tunisie, a annoncé mercredi 18 décembre que son organisme a suspendu l’attribution à la Tunisie d’une nouvelle tranche de crédits estimée à 1,2 milliards de dollars faute d’accélération des réformes.

« Nous avons conclu la cinquième revue en juin 2019 portant le montant déboursé jusque-là à 1,6 milliard de dollars. C’est un engagement substantiel du FMI, d’autant plus qu’il permet aussi de débloquer d’autres financements de la communauté internationale.

Cela étant, par rapport à l’enveloppe qui a été allouée initialement, ceci veut dire aussi que 1,2 milliard de dollars n’ont pu être déboursés, faute d’avancement suffisamment rapide du programme et des réformes économiques à certains moments », a-t-il déclaré.

Commentaires:

Commentez...