Les déchets du phosphate tunisien intéressent les Chinois

Extraction de phosphates

La Tunisie a reçu une demande de la part d’investisseurs chinois et tunisiens pour lancer un projet de recyclage des déchets du phosphate.

Selon le journal Acharq al-Awsat, les investisseurs considèrent que ces déchets représentent un « stock stratégique » à revenus importants, auquel le pays peut recourir dans les années à venir si la production locale diminue

Cette proposition a suscité une large controverse entre le gouvernement et les dirigeants syndicaux de la Compagnie de Phosphate Gafsa (CPG), d’autant plus que « cette dernière avait précédemment refusé de permettre aux entreprises tunisiennes d’investir dans ce domaine », ajoute la même source.

Amine Machikhi, l’un des cadres de La Société de l’environnement, plantation et jardinage, a indiqué à la même source que les déchets en question contiennent un ratio fluctuant entre 15 et 25 pour cent de phosphate commercial, qui peut être extrait en adoptant des techniques de lavage avancées, ce qui générera des bénéfices importants pour les investisseurs.

Ces techniques sont disponibles au sein des unités de Métlaoui et Mdhilla, explique-t-il, soulignant que la CPG elle-même a mené des expériences réussies sur cette technologie depuis le début du millénaire en cours, mais que ces expériences n’ont pas été généralisées au reste des unités de production en raison de leur consommation importante en eau pour laver les phosphates, ainsi que l’utilisation d’additifs chimiques, ce qui rend le coût de production élevé.

Commentaires:

Commentez...