Kais Saied et Youssef Chahed lancent l’opération « Mains propres II »

Kais Saied et Youssef Chahed lancent l’opération « Mains propres II »

Par -

Est-ce une véritable volonté politique qui commence par un coup de pied dans la fourmilière ou simplement une manière de s’attirer les faveurs du peuple. Quoi qu’il en soit, le duo Kais Saied – Youssef Chahed a décidé de passer à l’action.

Une nouvelle opération « Mains propres » démarre donc après celle lancée par le chef du gouvernement Youssef Chahed en 2017. Elle a redémarré avec le feu vert donné par le chef de l’Etat, Kais Saied.

Ce gouvernement, en fin de parcours, a d’abord décidé de lancer une inspection approfondie au sein du ministère des Affaires étrangères où des soupçons de corruption financière, des détournements de fonds, des secrets d’Etats mis à nu, ont été constatés.

Le ministère du Transport a annoncé, de son côté, avoir chargé une inspection générale du département pour effectuer un audit approfondi de la TRANSTU et de la société du transport du Sahel (STS) dans le cadre de la lutte contre la corruption.

Ensuite et sur la base du rapport de la Cour des Comptes, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a procédé à la fermeture d’une université privée et a également décidé de soumettre sept autres universités privées à un audit général approfondi à cause d’infractions relevées.

A partir de là, plusieurs interrogations restent en suspend. Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour lancer ces audits ? Les élections ont-elles retardé l’échéance ? Youssef Chahed est-il en train de caresser le président de la République dans le sens du poil afin de rester dans ses petits papiers ?

Du côté d’Ennahdha, c’est la même volonté qui s’affiche ! En parlant du projet de programme de gouvernement, Ali Laarayedh, vice-président du mouvement évoque 120 points qui serviront de base et de feuille de route pour le prochain gouvernement mais insiste sur le points « révolutionnaires » ayant trait à la lutte contre la corruption.

Comme par enchantement, tout le monde fait désormais de la lutte contre la corruption une priorité. Et ce n’est pas un hasard si désormais sont évoquées plusieurs dossiers.

Selon toute vraisemblance, le chef du gouvernement, Youssef Chahed et le président de la République, Kaïs Saïed, auraient décidé d’attaquer de front la corruption en commençant par ouvrir des enquêtes.

On évoque quelques 270 affaires de suspicion de corruption et de malversations financières dans des entreprises de l’Etat (pour commencer) relatifs à la Compagnie de Phosphates de Gafsa, les douanes tunisiennes, la STEG, les marchés et achats publics, le secteur de l’énergie, le secteur du textile, etc…

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo